Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Attaque de chiens à Saint-Michel-de-Feins : des prélèvements de salive réalisés sur les cadavres des brebis

-
Par , France Bleu Mayenne

D'où viennent les chiens qui ont massacré 29 petites brebis d'Ouessant en fin de semaine dernière à Saint-Michel-de-Feins, commune déléguée de Bierné-les-Villages dans le sud Mayenne. Pour le savoir, des prélèvements ont été réalisés sur les petits cadavres.

Vingt-neuf brebis ont été tuées à Saint-Michel-de-Feins.
Vingt-neuf brebis ont été tuées à Saint-Michel-de-Feins. © Radio France - Vincent Rousseau et Laurent Revellin

Tous les cadavres ou presque ont été enlevés, emmenés par l'équarrisseur. Seuls deux petits corps de brebis sont encore regroupés dans un coin de la prairie, de cet élevage de moutons d'Ouessant à Saint-Michel-de-Feins dans le sud Mayenne. "Il y en avait partout, à droite, à gauche, il y en avait là-bas sous le auvent. Il reste deux petits cadavres de brebis qui vont servir pour des analyses pour essayer de déterminer la race du chien", raconte Laurent Revellin, l'un des deux éleveurs. Son élevage a été décimé en fin de semaine dernière.

Six survivantes sur trente-cinq brebis

Les corps de 29 brebis ont été retrouvés samedi matin, 17 étaient mortes, 12 gravement blessées, elles ont été euthanasiées. Il n'y a que six survivantes, seulement, sur 35 brebis. Les autres ont été attaquées par des chiens, sans doute dans la nuit de jeudi à vendredi. Des touffes de laines blanches et noires dans l'herbe témoignent du carnage. "C'était une course-poursuite, une cavalcade. Ce qui me fait dire qu'il n'était pas seul le chien", ajoute Laurent.

C'était une course-poursuite, une cavalcade

Reportage France Bleu Mayenne de Charlotte Coutard

Un ou des chiens responsables de ce massacre, Laurent hésite entre tristesse et colère. "De la grande tristesse car c'est le travail de dix ans, et puis on s'attache à ces petits animaux qui sont adorables. Et de la colère aussi face à des gens qui ont des chiens, des chiens méchants ou des chiens susceptibles de l'être et qui ne savent pas les tenir. On est responsable de cela", explique l'éleveur. Cette attaque est la troisième en 10 ans dans cet élevage, lors des deux précédentes un seul animal avait été tué à chaque fois.

Et certains voisins ne sont pas rassurés après cette attaque, à l'image de Yannick, il habite à quelques centaines de mètres de là. "C'est un gros risque, surtout s'ils y prennent goût ! Il faut les retrouver".

Des prélèvement réalisés pour faire des comparaisons ADN

Retrouver les chiens responsables de ce massacre, c'est bien l'objectif du maire de Saint-Michel-de-Feins et du vétérinaire de Bierné-les-Villages. Steef Drabbé est le vétérinaire qui a dû euthanasier des brebis. Il a fait des prélèvements sur les corps pour tenter de retrouver le ou les coupable(s). Les prélèvements ont été envoyés à un laboratoire à Lyon.

"Ce sont des prélèvements faits dans les plaies. L'objectif est de retrouver de la salive de chiens et de faire une cartographie ADN avec ces échantillons-là. Si on a un bon échantillon on peut même retrouver la race et l'âge du chien, mais ça va être très compliqué vu que les animaux sont morts depuis la semaine passée. Mais on peut faire des comparaisons avec de l'ADN prélevé sur des chiens du voisinage, on peut comparer pour trouver lequel c'est", explique le vétérinaire.

Ce sont des chiens qui doivent être surveillés

Alors faut-il s'inquiéter que ces chiens soient potentiellement dans la nature ? "Ce sont quand même des chiens qui ont goûté, qui ont tué des animaux, même si ça a démarré pour eux plutôt avec un jeu, où ils courraient après les brebis. Quelque part ce sont des chiens qui ont mordu, il faut quand même faire attention, ce sont des chiens qui doivent être surveillés. Moi je ne peux pas garantir qu'un animal ne va jamais mordre un humain", ajoute-t-il.

Steef Drabbé est le vétérinaire de Bierné-les-Villages.

C'est dangereux d'avoir des chiens comme ça errants, des chiens qui ont goûté au sang

Le maire de la commune a demandé aux chasseurs de se montrer particulièrement vigilants, et de signaler les chiens errants.

"On est inquiet pour la sécurité des promeneurs, il faut qu'on retrouve les responsables de ce carnage, il faut qu'on retrouve les animaux qui ont fait ça. On arrive au printemps, on a des chemins pédestres, les gens vont les emprunter. C'est dangereux d'avoir des chiens comme ça errants, des chiens qui ont goûté au sang. Les chiens il faut savoir les cadrer, il faut fermer. Il y a de plus en plus de chiens errants, il faut qu'on règle se problème là", estime Paul Maussion, le maire de Saint-Michel-de-Feins, commune déléguée de Bierné les Villages

Paul Maussion est le maire de Saint-Michel-de-Feins, commune déléguée de Bierné-les-Villages.

Les éleveurs ont l'intention de reconstituer leur troupeau, avec l'aide du GEMO, le groupements des éleveurs de Moutons d'Ouessant, pour participer à la sauvegarde de cette race en voie de disparition.

Le préjudice des éleveurs est estimé à plus de 3000 euros, ils ont fait une déclaration auprès de leur assurance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu