Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Attaque de loup ou d'un gros chien ? L'inquiétude grandit chez les éleveurs du Sud-Vienne

-
Par , France Bleu Poitou

Les corps de trois brebis dévorées et de trois autres ovins blessés ont été découverts mercredi matin à Asnières-sur-Blour, à la limite entre la Vienne, la Haute-Vienne et la Charente. L'Office français de la biodiversité estime qu'il s'agit d'une attaque d'un grand canidé, un loup ou un gros chien.

L'une des brebis tuées dans l'attaque à Asnières-sur-Blour, dans le Sud-Vienne.
L'une des brebis tuées dans l'attaque à Asnières-sur-Blour, dans le Sud-Vienne. © Radio France - Léo Boulesteix

Quinze jours après le signalement d'un loup en Charente, une première depuis plus d'un siècle, un éleveur du Sud-Vienne a perdu cette semaine trois de ses brebis, décimées par un mystérieux prédateur dans une prairie d'Asnières-sur-Blour. Agriculteur originaire de Haute-Vienne, en phase d'installation, Léo Boulesteix a fait la découverte macabre mercredi au petit matin. 

"C'est choquant, c'est angoissant, on a les poils qui s'hérissent en arrivant sur la parcelle..."

"J'ai d'abord découvert deux brebis blessées au niveau du cou, une autre entre la vie et la mort, égorgée, et deux autres brebis complètement dévorées dont une qui était sur le point de mettre bas, donc c'est un coup dur sur le plan psychologique et financier," confie Léo Boulesteix. 

L'attaque de brebis à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne découverte mercredi matin.
L'attaque de brebis à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne découverte mercredi matin. © Radio France - Léo Boulesteix

"On ne peut pas dire quel animal à tuer ces brebis"

Aussitôt après la découverte des animaux morts et gravement blessés, l'Office français de la biodiversité (OFB), anciennement l'Office de la Chasse et de la Faune Sauvage, a dépêché sur place des agents. Ces derniers ont analysé les cadavres de brebis mais sans pouvoir déterminer la nature de la bête responsable de l'attaque. Seule certitude, il s'agit d'un grand canidé. 

"On ne peut pas dire s'il s'agit d'un loup ou d'un chien de berger, ou de type sarlosse, ou encore un labrador dont on connaît la puissance des mâchoires" 

Des brebis ont été dépecées jusqu'à l'os à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne
Des brebis ont été dépecées jusqu'à l'os à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne © Radio France - Léo Boulesteix

"C'est pour cela que l'on qualifie les indices recueillis comme invérifiables, explique Sébastien Chauveau de l'OFB, les carcasses de brebis qu'on a pu expertiser étaient trop consommées, on n'avait plus rien. On ne pouvait pas relever tous les indices qui permettent de remplir les fiches qui sont ensuite analysées par le réseau Loup au niveau national".

Une brebis était sur le point de mettre bas juste avant l'attaque à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne.
Une brebis était sur le point de mettre bas juste avant l'attaque à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne. © Radio France - Léo Boulesteix

"Il y a presque six centimètres entre deux crocs donc c'est pas une attaque de Yorkshire"

Propriétaire de la parcelle où l'attaque a eu lieu, Dominique Pipet est lui-même éleveur à Charroux. Membre de la Coordination rurale, il s'est rendu sur place dès mercredi, et décrit "des brebis non seulement mangées, dépecées, dépouillées comme on n'a jamais vu, jusqu'à l'os et la colonne vertébrale."  

"Nous les éleveurs, on réagit parce qu'on aime nos animaux, on ne passe pas nos nuits dans les bergeries pour surveiller les mises bas pour se faire bouffer nos agneaux. Un jour il faudra choisir : ou l'éleveur ou le loup"

Cinq à six centimètres d'écart entre les crocs relevés sur un cadavre de brebis à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne
Cinq à six centimètres d'écart entre les crocs relevés sur un cadavre de brebis à Asnières-sur-Blour dans le Sud-Vienne © Radio France - Léo Boulesteix

Pour Dominique Pipet, il ne fait aucun doute qu'il s'agit bien d'un loup et même potentiellement de plusieurs prédateurs. "Vu ce qui a été mangé, je pense qu'il y en avait plusieurs. Un loup quand il a ingurgité quinze kilos, il est calmé, alors qu'ici il y a quand même trois brebis qui ont été dévorées jusqu'à l'os".

"Du temps de nos grands-pères, le loup ne s'approchait pas trop des maisons car il avait peur d'être tiré au fusil. Aujourd'hui, on ne leur fait pas peur et on leur donne à manger. C'est vraiment choquant", affirme l'éleveur de Charroux.

L'Office français de la biodiversité précise que des agents parcourent actuellement le pays montmorillonnais à la recherche d'autres indices. S'il s'agissait d'une attaque de loup à Asnières-sur-Blour, de mémoire d'éleveur, ce serait dans la Vienne une première depuis plus d'un siècle.

"Des brebis dépecées comme jamais", affirme le propriétaire de la parcelle où l'attaque a eu lieu.
"Des brebis dépecées comme jamais", affirme le propriétaire de la parcelle où l'attaque a eu lieu. © Radio France - Léo Boulesteix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess