Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attaque de Marseille : la justice ordonne la réintégration d'une fonctionnaire qui avait qualifié l'auteur de "martyr"

lundi 6 novembre 2017 à 16:40 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

La justice a ordonné ce lundi la réintégration d'une collaboratrice du maire PC de la Courneuve (Seine-Saint-Denis) suspendue après avoir qualifié dans un tweet l'auteur de l'attaque de Marseille de "martyr". Le juge des référés a émis un "doute sérieux sur la légalité de la décision".

Le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille après l'attaque au couteau
Le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille après l'attaque au couteau © Maxppp -

Marseille, France

Le tribunal administratif de Montreuil a ordonné la réintégration d'une collaboratrice du maire PCF de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) suspendue après un tweet qualifiant l'auteur de l'attaque de Marseille de "martyr".

Pas de suspension tant que l'affaire n'est pas étudiée sur le fond

Le juge des référés s'est appuyé sur l'absence de poursuites disciplinaires ou pénales engagées contre cette fonctionnaire à la date de sa suspension. Selon un communiqué, il existait "un doute sérieux sur la légalité de la décision". Cela signifie que cette décision de suspension ne sera pas exécutée tant que le tribunal n'aura pas statué sur le fond de l'affaire. En attendant, la collaboratrice est réintégrée dans ses fonctions.

"Des propos qui minimisent des actes d'une sauvagerie inouïe" (le maire de la Courneuve)

Le 2 octobre, soit le lendemain de l'attaque, elle avait écrit sur Twitter : "Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là, ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla... Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l'entend moins votre grande gueule".

Le maire de la Courneuve avait aussitôt condamné ces propos qui "minimisent et banalisent des actes de terrorisme d'une sauvagerie inouïe". Il avait décidé sans attendre de lancer une mesure disciplinaire accompagnée d'une suspension à effet immédiat.