Faits divers – Justice

Attaque devant la mosquée de Valence : le point sur l'enquête

Par Charlotte Coutard, France Bleu Drôme-Ardèche samedi 2 janvier 2016 à 13:03 Mis à jour le samedi 2 janvier 2016 à 20:26

Le parquet de Valence est chargé de l'enquête.
Le parquet de Valence est chargé de l'enquête. © Radio France - Charlotte Coutard

L'homme de 29 ans qui a attaqué quatre militaires devant la mosquée de Valence est un Français d'origine Tunisienne, musulman pratiquant, mais qui à priori ne fait partie d'aucun réseau d'islamistes radicaux. En revanche des vidéos de propagande islamiste ont été retrouvées dans son ordinateur

La piste terroriste est pour le moment écartée à Valence, après l'attaque menée ce vendredi après-midi contre des militaires qui assuraient la sécurité devant le bâtiment. Mais des vidéos de propagande islamiste ont été retrouvées dans l'ordinateur de cet homme de 29 ans, un Français d'origine Tunisienne.

"Je voulais tuer les militaires, et qu'ils me tuent"

L'homme a foncé avec sa voiture sur les militaires. Ils ont été légèrement blessés, ils souffrent principalement d'hématomes. Ils ont répliqué en tirant sur le véhicule, une trentaine de balles tirées. Le conducteur a été blessé au bras et à la jambe, il est toujours hospitalisé à Valence. 

Juste après l'attaque, l'homme a déclaré aux secouristes, devant la mosquée : "Je voulais tuer des militaires,  car les militaires tuent des gens, et je voulais qu'ils me tuent". D'après les premiers témoignages recueillis, le conducteur a également crié, "Dieu est grand, Allah est grand", en fonçant sur les militaires. Dans la voiture, il n'y avait pas d'armes, pas d'explosifs, l'homme était nerveux, il avait du mal à passer les vitesses, c'est pour cela qu'il a percuté les militaires à faible allure.

Des vidéos de propagandes islamistes

Ses proches ont été entendus, des perquisitions ont été réalisées à son domicile de Bron près de Lyon, des vidéos de propagandes djihadistes ont été retrouvées dans son ordinateur. L'homme est un musulman pratiquant, mais pas radicalisé selon le procureur de la République de Valence, il n'aurait aucun lien avec des réseaux d'islamistes radicaux, il n'était pas connu de la justice ni des services de renseignements Français, et d'après son passeport, il n'a fait aucun voyage à l'étranger à part en Tunisie. 

On ignore s'il a prémédité son acte, cet homme a de la famille à Valence, il était donc à priori venu rendre visite à des proches, et il fréquentait ponctuellement la mosquée du quartier Fontbarlettes. La garde à vue de l'homme se termine ce dimanche après-midi, mais il va rester à l'hôpital. Une information judiciaire pour tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique devrait être ouverte.

Des renforts de l'Isère

Dès vendredi soir, les responsables de la mosquée ont dénoncé cette agression, contre des militaires chargés d'assurer la sécurité des fidèles. De son côté le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a rendu hommage ce samedi matin à leur sang froid. Une trentaine de gendarmes mobiles de Bourgoin Jallieu en Isère sont arrivés vendredi soir à Valence, mais la nuit a été très calme dans le quartier et dans toute la ville. Ces renforts vont rester au moins tout le week-end. Le parquet antiterroriste de Paris a décidé de ne pas se saisir de l'affaire.

A LIRE AUSSI 

PHOTOS : Un homme fonce sur des militaires à Valence.