Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne : deux personnes sont en garde à vue

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux personnes ont été interpellées jeudi dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), indique le parquet de Créteil. Samedi dernier, une quarantaine de jeunes, armés de barres de fer, avaient lancé des mortiers d'artifice sur le bâtiment.

Le commissariat de Champigny-sur-Marne, dimanche matin, après l'attaque dont il a été la cible dans la nuit.
Le commissariat de Champigny-sur-Marne, dimanche matin, après l'attaque dont il a été la cible dans la nuit. © Radio France - Bradley de Souza

L'enquête sur l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) avance.  Deux personnes ont été interpellées jeudi et sont en garde à vue. Les deux hommes ont été arrêtés à 6h30 dans la commune, a précisé le parquet de Créteil, sans donner plus de détails.

La Sûreté territoriale du Val-de-Marne est chargée de l'enquête, ouverte pour "violences en réunion avec arme sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et "dégradations de biens publics et de biens privés".

Les incidents avaient débuté samedi peu avant minuit dans une cité sensible de Champigny. Deux agents avaient dû se mettre à l'abri dans le sas sécurisé du commissariat. Durant près de deux heures, les assaillants, armés de barres de fer et visage dissimulé, avaient cassé des vitres de voitures de police et la porte vitrée de l'entrée du commissariat. 

Des mortiers d'artifice avaient aussi été lancés contre le bâtiment, sans faire de dégâts. 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait aussitôt dénoncé "des actes d'une grande sauvagerie" de la part de "caïds", de "voyous" venus pour "casser les symboles de la République" et "casser du flic". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess