Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Attaque du Thalys : pas de psychose en gare de Nantes

lundi 24 août 2015 à 16:58 - Mis à jour le mardi 25 août 2015 à 6:00 France Bleu Loire Océan

Après l'attaque de vendredi dans le Thalys, la question de la sécurité dans les trains et les gares est sur toutes les lèvres. Pour autant, en gare de Nantes, les voyageurs refusent de céder à la panique.

Message de vigilance de la SNCF en gare de Nantes.
Message de vigilance de la SNCF en gare de Nantes. © Radio France - Rosalie Lafarge

La SNCF doit-elle revoir sa copie en termes de sécurité ? La question se pose en tout cas, depuis l'attaque du Thalys vendredi 21 août. Sans contrôle des bagages, le suspect a pu monter dans le train avec un arsenal fourni, dont une kalachnikov.

Dès samedi, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a envoyé une note à tous les préfets pour leur rappeler les principes de vigilance et de surveillance à appliquer dans les gares. Ce qui n’a pas changé grand-chose en gare de Nantes, voire rien du tout.

« Il y en a eu un, il n’y en aura pas deux »

Les voyageurs ont évidemment en tête ce qui s’est passé la semaine dernière. Ils y pensent mais sans trop s’en inquiéter : « c’est clair qu’on y pense, mais un peu comme ça… Il y en a eu un, il n’y en aura pas deux » , se rassure Nicole qui n’a pas peur de monter dans le train. Pour Alexandre, même chose : « il ne faut pas être dans la parano et continuer à vivre sa vie normalement » .

Alain et Corinne, eux, se montrent peut-être un tout petit peu plus prudents que d’habitude : « On est inquiet, on fait attention, on regarde s’il y a des valises toutes seules pour avertir si quelque chose nous inquiète » confie Alain. Et Corinne de poursuivre : « moi, c’est plus l’attitude qui va m’interpeller, quelqu’un de nerveux, qui va et qui vient » .

« Il y a sûrement des policiers en civils »

Sur les quais et dans le hall, on aperçoit des messages sur les panneaux électroniques (cf. photo) . Et puis, on croise aussi des agents de sécurité de la SNCF ou des forces de l’ordre. Alix, par exemple, a aperçu une patrouille « juste à côté, il y avait des gendarmes, c’est un peu rassurant, mais c’est plus une question de présence » . D’autres ne les ont pas vus. D’autres encore, comme Driss, sont persuadés « qu’il y a ce qu’on voit, et ce qu’on ne voit pas, en plus des policiers en tenue, il y en a sûrement en civil » .

Sans rentrer dans les détails pour des raisons de sécurité, la préfecture de Nantes donne quelques précisions. Effectivement, depuis vendredi, il n'y a pas eu de renfort d'effectifs. Mais les forces de l'ordre ont reçu pour consigne de faire plus de patrouilles, en gare comme à l'aéroport.

 

gare sécurité ENRO

 

Attaque Thalys : faut-il installer des portiques de sécurité dans les gares ?