Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attaque mortelle à Strasbourg : des "gilets jaunes" versent dans la théorie du complot sur les réseaux sociaux

-
Par , France Bleu, France Bleu Alsace

Depuis l'attaque survenue près du marché de Noël de Strasbourg ce mardi soir, de nombreux messages évoquant des théories complotistes sont postés sur les groupes de discussion des "gilets jaunes", provoquant un vif débat et la réaction indignée du gouvernement.

De nombreux groupes de discussion sont concernés sur Facebook.
De nombreux groupes de discussion sont concernés sur Facebook. © Maxppp -

Il suffit de quelques minutes pour se rendre compte, ce mercredi, que la "théorie du complot" rencontre un certain succès sur les réseaux sociaux. À commencer par les groupes de discussion créés par des "gilets jaunes". Après l'attaque survenue à Strasbourg mardi soir, de nombreux internautes évoquent une "manipulation" des autorités. Une interprétation dénoncée par d'autres participants à ces conversations et par le gouvernement.

Les commentaires bloqués sur certains groupes

Difficile à quantifier précisément, le phénomène a cependant pris une grande ampleur dès mardi soir. "Cet acte 'terroriste' est juste organisé par l'État pour vous faire peur et ne plus manifester ! L'acte 5 doit être votre priorité, on ne lâche rien !!", écrit par exemple un internaute sur la page Facebook La France en Colère, qui compte près de 38.000 membres. 

  - Aucun(e)
- Capture d'écran "La France en Colère" / Facebook

Un exemple parmi d'autres qui a conduit l'administratrice du groupe à fermer la publication, dans la soirée.

Même tonalité sur la page Facebook Acte 5 : Macron démission. Une internaute évoque un "drame complotiste", quand pour un autre l'attaque est "un coup de manipulation du gouvernement".

  - Aucun(e)
- Capture d'écran "Acte 5 : Macron démission" / Facebook
  - Aucun(e)
- Capture d'écran Acte 5 : Macron démission / Facebook

Maxime Nicolle, l'un des "gilets jaunes" les plus actifs sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme "Fly Rider", a posté une vidéo qui avait déjà été visionnée plus de 7.000 fois en fin de soirée, sur Facebook. "Le mec qui veut faire un attentat vraiment, il attend pas qu'il y ait 3 personnes dans la rue le soir à 20h", y déclare-t-il.

La rumeur de l'attaque préparée

Une rumeur, partie d'un tweet de la préfecture de la région Grand-Est, est venue alimenter cette théorie du complot : l'annonce de l'attaque aurait été préparée dès le matin, alors que la fusillade s'est produite en début de soirée. Sur Twitter, il était en effet indiqué pour certains internautes que ce tweet avait été posté à 11h47. 

Comme l'a expliqué franceinfo, il s'agit d'un problème de paramétrage des comptes. "Par défaut, lors de la création d'un compte sur le réseau social, le fuseau horaire est réglé sur celui de la côte ouest des Etats-Unis, où se trouve le siège de l'entreprise, soit à neuf heures de décalage avec la France métropolitaine", rappelle franceinfo. "Un tweet apparemment daté de mardi à 11h47 avec cette configuration a donc bien été envoyé à 20h47 de l'Hexagone", à l'heure où l'alerte a donc été lancée.

Vive polémique entre "gilets jaunes"

Ces théories complotistes ne font pas consensus dans les groupes de discussion, d'autres "gilets jaunes" demandant du "respect". "Pouvez-vous, pouvons-nous fermer nos gueules et laisser les experts faire leur travail ?", demande notamment un internaute, qui se dit "choqué par le nombre de commentaires complotistes". Un autre déplore une attitude qui "décrédibilise le mouvement des gilets jaunes".

  - Aucun(e)
- Capture d'écran "Acte 5 : Macron démission" / Facebook
  - Aucun(e)
- Capture d'écran "Acte 5 : Macron démission" / Facebook

En hommage aux victimes, certains membres de ces pages de discussion proposent de porter un brassard noir lors des manifestations annoncées pour samedi prochain, "ou une rose accrochée à votre gilet".

  - Aucun(e)
- Capture d'écran "L''acte 5 on lâche rien tous les citoyens dans la rue"

Le gouvernement se dit "indigné"

Plusieurs ministres ont également réagi au phénomène. "Comment peut-on dire des choses pareilles ?", a déploré le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez, ce mercredi matin sur France Inter. "On est clairement dans les thèses complotistes", a-t-il estimé, "on avait vu à d'autres occasions que ces thèses florissaient parfois dans les rangs des gilets jaunes, c'est indigne".

"Chaque fois qu'il se passe des choses ignobles, de l'ignoble se rajoute à l'ignoble", a de son côté déclaré le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer sur RTL. "La pudeur, la mesure sont des qualités qu'on devrait développer un peu plus, quand on ne parle pas on ne sait pas".