Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attaque mortelle à Strasbourg : quel est le profil du tireur présumé toujours en fuite ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

L'auteur présumé de la fusillade de Strasbourg, qui a causé la mort de deux personnes et fait treize blessés sur le marché de Noël mardi soir, est activement recherché par plus de 600 membres des forces de l'ordre. Âgé de 29 ans, Cherif Chekatt fiché S pour radicalisation avait déjà été condamné.

Des membres de la Brigade de recherche et d’intervention de la police, ce mercredi matin à Strasbourg.
Des membres de la Brigade de recherche et d’intervention de la police, ce mercredi matin à Strasbourg. © AFP - PATRICK HERTZOG

Plus de 670 policiers et gendarmes sont à la recherche du suspect de 29 ans, Chérif Chekatt, un Strasbourgeois fiché S et condamné 27 fois, principalement pour des vols et des violences, qui est soupçonné d'avoir tué deux personnes et en a blessé au moins treize autres mardi soir, sur le marché de Noël de Strasbourg. Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Paris a souligné sa "radicalisation" et son "prosélytisme" en prison. Lors de la fusillade, des témoins l'ont entendu crier Allah Akbar. 

La police nationale a diffusé mercredi soir un appel à témoins . "Individu dangereux, surtout n'intervenez pas vous-même", peut-on lire sur le compte Twitter des forces de l'ordre. Toute personne en possession "d'informations permettant de le localiser" est invitée à composer le 197.

Le suspect, fiché S pour radicalisation, devait être arrêté mardi matin 

Le suspect est un Strasbourgeois de 29 ans, qui habite le quartier des Poteries, au sud de l'agglomération. D'après les informations de France Bleu Alsace, il devait être interpellé mardi matin, dans le cadre d'une enquête pour tentative d'homicide et braquage, mais il n'était pas à son domicile. Des grenades, un pistolet 22 long rifle, des munitions et quatre couteaux ont été retrouvées chez lui, lors de la perquisition. Lors de son équipée meurtrière, il a utilisé une arme à feu et un couteau, a précisé à la mi-journée, le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Le tireur présumé est connu dans les services de police et de justice. Il a été condamné à 27 reprises, principalement en France mais aussi en Suisse et en Allemagne, selon le procureur de Paris. Les faits de droit commun pour lesquels il a été condamné sont des vols et violences. 

Chérif C. était également fiché S, pour radicalisation. Rémy Heitz évoque sa "radicalisation" et son "prosélytisme" lors d'une incarcération en 2015. Mardi soir, le tireur_'a crié "Allah Akbar"_. "Le terrorisme a encore frappé" a d'ailleurs déclaré le procureur de Paris dès le début de sa conférence de presse. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une "enquête en flagrance des chefs d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste, de tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et d’associations de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d’atteintes aux personnes".

Une radicalisation en prison 

Sur France Inter ce mercredi matin, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez a précisé le profil du tireur. "C’est un individu connu en droit commun, c’est-à-dire qu’il était connu pour beaucoup de délits autres que liés au terrorisme. Il a un casier qui est assez important. Il n’a même jamais été connu pour des délits liés au terrorisme", a-t-il indiqué. "Il a fait plusieurs séjours en prison et c’est à l’occasion de ces séjours en prison qu'a été détectée chez lui une radicalisation, dans la pratique religieuse. Il était suivi mais comme beaucoup d’autres individus qui ont pu manifester une pratique religieuse en prison", a ajouté le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez.

Un suspect qui n'hésite pas à tirer sur les policiers 

Après deux échanges de tirs avec des militaires de l'opération Sentinelle dans le centre-ville de Strasbourg mardi soir, l'assaillant présumé a aussi tiré sur des policiers dans sa fuite en direction du quartier du Neudorf. "Mes collègues du commissariat de Strasbourg ont pris en chasse le taxi qu'il avait braqué et il a tiré à plusieurs reprises sur mes collègues sans les toucher fort heureusement", a affirmé Yves Lefèbvre, le secrétaire général du syndicat SGP Unité police FO sur franceinfo. Un épisode confirmé par Roland Ries, le maire de Strasbourg et le procureur de Paris. 

L'état-major des armées a par ailleurs indiqué qu'un soldat Sentinelle avait été blessé légèrement à la main par le ricochet d'un tir de l'assaillant. Dans sa fuite, le tireur pourrait être armé. "Nous ne connaissons pas la nature de l'arme qu'il a utilisée, mais beaucoup de témoins nous parlent d'une arme de poing", a expliqué le secrétaire d'État, précisant que le suspect "aurait été blessé".

Une fuite en Allemagne ? 

Y a-t-il une possibilité que le suspect ait quitté le territoire français pour l'Allemagne voisine ? "Cela ne peut être exclu", a indiqué ce mercredi matin sur France Inter le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez. "Le bouclage des frontières a été assuré et un bouclage périmétrique a été mis en place autour de la ville de Strasbourg", a poursuivi le secrétaire d'État. 

"La traque se poursuit", elle est "difficile", il y a "deux actions en cours, une action de voie publique des forces de l'ordre et puis les investigations judiciaires menées par le parquet de Paris", a précisé Laurent Nuñez.

Une traque "particulièrement dangereuse"

670 membres des forces de l'ordre sont mobilisés rien qu'à Strasbourg pour retrouver l'auteur des coups de feu. La traque de ce tireur "est un travail de sape, un travail de fourmi avec des femmes et des hommes qui commencent à être extrêmement fatigués parce qu'ils y sont depuis hier au soir", a expliqué Yves Lefèbvre. "Ce sont les mêmes sur le terrain depuis hier soir 20h et qui sont maintenant dans une progression particulièrement dangereuse parce qu'on ne sait pas où il est. À chaque coin d'immeuble, derrière chaque porte peut se cacher potentiellement l'auteur de cette attaque hier au soir".

Le parquet antiterroriste de Paris saisi 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle". Après cette attaque, le gouvernement a porté le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat", a annoncé le ministre de l'Intérieur.

  - Visactu
© Visactu -