Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attaques au marteau : pourquoi le Bien Public a rendu publiques les menaces

mercredi 8 novembre 2017 à 17:32 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Depuis jeudi dernier, le quotidien le Bien Public a reçu neuf mail d'un mystérieux groupuscule qui revendique les agressions au marteau de Chalon-sur-Saône et de Dijon. Mardi, le journal a choisi d'en révéler des extraits, les explications de son directeur en Côte-d'Or, Frank Mauerhan.

Le journal a choisi de diffuser des extraits des menaces qu'il a reçu, elles le visent directement, ainsi que l'association SOS Racisme et le prochain match du DFCO contre Troyes le 18 novembre prochain.
Le journal a choisi de diffuser des extraits des menaces qu'il a reçu, elles le visent directement, ainsi que l'association SOS Racisme et le prochain match du DFCO contre Troyes le 18 novembre prochain. © Radio France - Lila Lefebvre

Dijon, France

L'enquête ne peut pas encore confirmer qu'il y a bien un lien entre les agressions au marteau commises en septembre dernier à Chalon-sur-Saône et à celles du campus de Dijon deux semaines plus tard. Rien non plus ne permet d'affirmer que le ou les auteurs des revendications envoyées au journal le Bien Public depuis une semaine, les membres du "Commando de défense du peuple et de la patrie française" sont bien impliqués dans ces agressions qui ont fait cinq blessés légers. Pourtant, ces revendications sont suffisamment sérieuses aux yeux des enquêteurs pour qu'ils décident de traiter les deux affaires conjointement, cette mission revient donc au parquet de Chalon-sur-Saône.

Des menaces sérieuses ? C'est du moins cette intuition qui a motivé la rédaction du Bien Public. Le Journal a choisi d'en publier des extraits, après sélection, étant donné la violence de certains propos.

"Il nous arrive assez régulièrement de recevoir des mails ou des lettres de menaces, mais généralement elles sont à caractère privé, contre un journaliste, par exemple après un article sur un procès, explique Frank Mauerhan, directeur départemental du Bien Public. Mais le journal n'en fait généralement pas état dans ses pages. Cette fois cependant, il a décidé d'en publier des extraits sélectionnés : "là nous somme dans le cadre d'un fait-divers qu'on a traité, qui concerne des faits graves, et il nous a paru important de parler du fait que ces attaques au marteau étaient revendiquées."

Publier, mais pas sous la menace

Mais Frank Mauerhan insiste, c'était bien un choix du journal et non une réponse à la pression du mystérieux commando (inconnu des services de polices jusqu'ici que ce soit en région ou au niveau national). Car dans les mails, le groupe demandait la publication intégrale des messages de menaces et souhaiter même imposer un emploi du temps au journal : "il était hors de question que l'on s'y conforme, car ils étaient truffés de propos haineux, d'incitation à la haine raciale, et puis on ne va pas se laisser intimider". Le journal, qui a lui-même été l'objet de menaces travaille depuis en étroite collaboration avec la police.