Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attaques contre des associations franco-turques dans la Drôme : un à trois ans de prison

mercredi 11 avril 2018 à 19:52 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Trois turcs d'origine kurde ont été condamnés à des peines d'un an à trois ans de prison ferme. Ils ont été reconnus coupables des attaques contre l'association culturelle franco-turque de Valence en Aout 2016.

La façade de l'association franco-turque de Valence après les jets de coktails molotov en Aout 2016
La façade de l'association franco-turque de Valence après les jets de coktails molotov en Aout 2016 © Radio France - Mélanie Tournadre

Valence, France

A deux reprises, l'association franco-turque de Valence a été prise pour cible au cours de ce mois d'Aout 2016.  Juste avant c'était le local de l'association franco-turque de Montélimar qui était attaquée. Sur le mur, les initiales PKK, pour parti des travailleurs du Kurdistan, une organisation jugée terroriste par l'Union Européenne et qui est opposée à l'état turc.  Aucune victime lors de ces agressions mais un sentiment de colère dans la communauté turque des deux villes. 

La qualification terroriste retenue pour deux condamnés

Les auteurs sont arrêtés peu de temps après dans les Bouches-du-Rhône. Ces jeunes turcs d'origine kurde ont 23, 24 et 30 ans. Le plus âgé a regretté son geste lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Paris, seul compétent pour juger des actes terroristes. Il a expliqué au juge qu'il avait été très choqué par un attentat contre un mariage kurde qui avait couté la vie à 57 personnes. Les deux plus jeunes prévenus avaient nié leur implication mais une trace d'ADN avait été retrouvée. Ils avaient d'ailleurs admis leur voyage à Valence depuis Marseille où ils habitaient pour s'en prendre à une association franco-turque. 

Je regrette, j'ai agi par ignorance et désespoir a expliqué au juge le plus âgé des prévenus.

Les trois jeunes hommes nient appartenir au PKK tout au plus être sympathisant pour l'un d'eux. Mais la qualification d'actes terroristes a été retenue pour deux d'entre eux.  Les trois seront inscrits au fichier des auteurs d'infractions terroristes. 

La communauté turque très choquée

La communauté turque de la Drôme accueille cette décision avec soulagement après deux ans de procédure, mais aussi avec un peu d'amertume. Le vice président de l'association culturelle franco-turque Sélami Aslantas estime que ce jugement est trop clément pour dit-il des gens qui auraient pu tuer des innocents.