Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Braquages en Seine-Saint-Denis : un syndicat de police appelle les commerçants à redoubler de prudence

mercredi 11 juillet 2018 à 18:18 Par Frédérique Daurelle, France Bleu Paris et France Bleu

Deux commerçants ont été attaqués par de faux policiers en début de semaine en Seine-Saint-Denis. Le premier a été tué lundi à Aubervilliers. Le porte-parole du syndicat SGP Police appelle les professionnels à se montrer très vigilants.

Image d illustration de la police française sur la route.
Image d illustration de la police française sur la route. © Maxppp - Alexis Sciard

Les deux attaques survenues en début de semaine en Seine-Saint-Denis poussent le syndicat SGP Police à réagir. Son porte-parole en Ile-de-France, Eddy Sid appelle les commerçants à redoubler de prudence, en ce début d'été. 

Tout policier agissant sur la voie publique doit pouvoir présenter sa carte professionnelle, en cas de contrôle. C'est le seul document officiel qui prouve qu'il s'agit bien d'un policier. Les brassards ou les chasubles utilisés lundi soir à Aubervilliers, et mardi matin à Montreuil ont toutes les chances en revanche d'être de faux équipements.  

Des malfrats qui veulent "s'offrir des vacances"

Et il faut vraiment se méfier : le premier commerçant agressé lundi a été tué par les malfrats qui portaient des chasubles siglées Police, parce qu'il ne voulait pas abandonner ses 100.000 euros de recette. Le second a eu la vie sauve, mais les deux faux motards de la police équipés cette fois de brassards siglés lui ont pris l'équivalent de 180.000 euros en bijoux. 

Pour Eddy Sid, porte-parole du syndicat SGP Police en Ile-de-France, on a affaire à de petits malfrats, pas forcément la même bande qui ciblent les commerçants pour "s'offrir des vacances". "Il faut être vigilant sur ses trajets au quotidien, regarder si personne ne vous suit lorsque vous convoyez des fonds. Ça n'arrive pas qu'aux autres".