Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Attentat au siège de Charlie Hebdo : François Hollande parle d'un acte "terroriste"

François Hollande s'est rendu au siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo ce mercredi midi, une heure après la fusillade mortelle qui a fait au moins douze morts, dans le XIX arrondissement de Paris. Le chef de l'État a évoqué un acte d'une "exceptionnelle barbarie".

François Hollande et Bernard Cazeneuve se sont rendus au siège de Charlie Hebdo quelques instants après la fusillade
François Hollande et Bernard Cazeneuve se sont rendus au siège de Charlie Hebdo quelques instants après la fusillade - - capture d'écran

Quelques dizaines de minutes après la fusillade mortelle au siège de Charlie Hebdo, ce mercredi, le président de la République s'est rendu sur place. Devant "l'attentat" dont le bilan s'élève pour le moment à douze morts et cinq blessés graves dont quatre "entre la vie et la mort" , François Hollande, accompagné de Bernard Cazeneuve, a dénoncé un "acte d'une exceptionnelle barbarie" .

Charlie Hebdo: Hollande dénonce "un acte d'une...par BFMTV > EN DIRECT - Au moins onze morts dans une fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo à Hebdo.> A LIRE AUSSI : le plan Vigipirate en alerte maximum en Île-de-France > A LIRE AUSSI : VIDÉO | Fusillade à Charlie Hebdo : les premières images de l'attaque

La classe politique s'émeut en cœur contre l'attentat

Outre le Président et le ministre de l'Intérieur, les politiques ont été nombreux à réagir et condamner la fusillade, principalement sur Twitter.

Attentat Charlie Hebdo;

Selon son entourage, le premier secrétaire du parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé a "une marche des Républicains" "dès que cela sera possible" .

Le Conseil français du culte musulman s'est lui aussi exprimé, après qu'une vidéo montrant les terroristes où l'on peut entendre l'un d'eux crier "allahou akhbar" . Il dénonce "avec la plus grande détermination" l'acte "barbare" , "contre la démocratie et la liberté de la presse" .

Nicolas Sarkozy a quant à lui prôné pour un "front uni contre le terrorisme" . L'ancien président de la République a de plus appelé les Français "à refuser la tentation de l'amalgame" .

A lire aussi | François Bayrou : "C'est un acte de guerre par la terreur"

"Un attentat abominable" pour les dirigeants étrangers

De l'étranger proviennent aussi les premiers messages de soutien, à commencer par celui de David Cameron. Le premier ministre britannique a dénoncé l'attaque "révoltante" contre les locaux de Charlie Hebdo. De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a condamné "un attentat abominable" . et Vladimir Poutine, le président russe, a fermement condamné "le terrorisme sous toutes ses formes".

Le président américain a lui aussi apporté son soutien devant la fusillade "terrifiante" dont Charlie Hebdo a été victime. Barack Obama a proposé l'aide des États-Unis pour traduire en justice les "terroristes" responsables de cet attentat.

La dessinatrice Coco témoigne

Présente ce mercredi matin à la rédaction de Charlie Hebdo, la dessinatrice Coco a décrit l'attentat au journal L'Humanité.

J’étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulées et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquait d’Al Qaïda.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu