Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentat à Charlie Hebdo : ce que l'on sait sur les trois suspects

La police a identifié mercredi soir trois suspects suite à la fusillade qui a tué 12 personnes au siège parisien de Charlie Hebdo. Il s'agit de trois hommes, dont deux frères.

L'avis de recherche avec les photos des deux frères Kouachi
L'avis de recherche avec les photos des deux frères Kouachi

Douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées et onze autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris. Trois hommes, dont deux frères originaires de Paris, sont recherchés par la police après cette attaque. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un nouvel appel à témoins a été lancé. On y voit la photo des deux frères, "susceptibles d'être armés et dangereux".

> Suivez la situation en direct

Deux trentenaires et un lycéen

De source policière, on a indiqué mercredi soir que les enquêteurs recherchaient deux frères d'une trentaine d'années, dont un a déjà été condamné dans le cadre d'une affaire de terrorisme, et un individu plus jeune originaire de Reims . Le plus jeune des trois suspects, Mourad Hamyd, 18 ans, s'est rendu mercredi soir à la police "vers 23 heures, après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux". Il a été interpellé et placé en garde-à-vue.

Plusieurs autres gardes-à-vues sont en cours de personnes proches de l'entourage de Chérif et Saïd Kouachi, les deux frères de 32 et 34 ans qui sont toujours activement recherchés.

Une attaque préparée

Deux hommes cagoulés et lourdement armés sont sortis d'une voiture noire mercredi matin devant les locaux de l'hebdomadaire, et ont demandé à la réception s'il s'agissait bien du siège de Charlie Hebdo avant de tuer une première personne. Ils se sont ensuite dirigés vers les étages pour y trouver la salle de rédaction où ils ont tué huit journalistes, un policier chargé de la sécurité et un invité . Ils ont tués un second policier en quittant les lieux. 

Selon des témoins, ils ont crié "nous avons vengé le prophète !" . Dans une vidéo de l'attaque, on entend également une voix crier "Allah akbar" entre plusieurs coups de feu. 

Le logo "Je suis Charlie" - Radio France
Le logo "Je suis Charlie" © Radio France

Retrouvez notre dossier spécial sur l'attentat à Charlie Hebdo

Chérif Kouachi déjà connu de l'antiterrorisme

Le plus jeune des deux frères recherchés, Chérif Kouachi, est bien connu des services antiterroristes français. Le jihadiste, qui avait déjà été condamné une première fois en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak, a appartenu à "la filière des Buttes-Chaumont", dont le but était de grossir le rang des combattants d'Al Qaïda en Irak.

Condamné à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis, Chérif Kouachi apparaît de nouveau sous les yeux des autorités dans le projet de tentative d'évasion de l'islamiste Smaïn Aït Ali Belkacem, un ancien membre du Groupe islamiqué armé algérien (GIA), condamné en 2002 à la réclusion à perpétuité pour l'attentat de la station RER Musée d'Orsay en 1995, à Paris.

Chérif Kouachi est également soupçonné d'être un proche de Djamel Beghal. Cet islamiste français, incarcéré une dizaine d'années pour avoir préparé plusieurs attentats, aurait suivi plusieurs entraînements terroristes avec Chérif Kouachi.

Un épisode de Pièce à conviction, publié en 2005, traçait de Chérif Kouachi, le portrait d'un homme de banlieu banal.

Course poursuite

Les tireurs, qui semblaient très calmes et dotés d'un entraînement de type militaire, ont quitté le siège de Charlie Hebdo sans courir et rejoint leur voiture, une Citroën C3. Après avoir eu un accident avec un autre véhicule place du colonel Fabien, ils ont abandonné leur voiture rue de Meaux, dans le XIXe arrondissement, avant de braquer un automobiliste.

Le déroulement de l'attaque - Aucun(e)
Le déroulement de l'attaque

 

Choix de la station

France Bleu