Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Attentat de Conflans : des opérations de police menées contre "des dizaines d'individus"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué ce lundi matin sur Europe 1 que des opérations de police étaient en cours contre "des dizaines d'individus", après l'assassinat vendredi de Samuel Paty, professeur d'histoire, à Conflans-Sainte-Honorine.

Le ministre de l'Intérieur a fait le point sur l'enquête ce lundi matin.
Le ministre de l'Intérieur a fait le point sur l'enquête ce lundi matin. © Maxppp - SPEICH Frederic

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé sur Europe 1 que des opérations de police ont lieu depuis ce lundi matin concernant "des dizaines d'individus" en lien avec la mouvance islamique, trois jours après l'attentat contre le professeur d'histoire à Conflans-Sainte-Honorine. Par ailleurs, une cinquantaine d'enquêtes ont été ouvertes pour haine en ligne a indiqué le ministre.

"Des dizaines d'individus" concernés par des opérations de police

Le ministre de l'Intérieur a indiqué que les opérations de police qui étaient menées depuis ce lundi matin se poursuivront dans les prochains jours. "Cela concerne des dizaines d'individus" qui n'ont pas un "lien forcément avec l'enquête mais à qui nous avons manifestement envie de faire passer un message: (...) pas une minute de répit pour les ennemis de la République", a précisé le ministre. Selon une source proche du dossier à l'AFP, il s'agit de personnes connues des services de renseignement pour des prêches radicaux et des messages de haine sur les réseaux sociaux.

Selon franceinfo, les forces de l'ordre réalisent ce lundi une quarantaine de "visites domiciliaires" dans 12 départements différents. Une trentaine de ces visites ont eu lieu dans la matinée, une dizaine d'autres vont suivre. Ces visites visent soit des personnes qui se sont réjouies sur les réseaux sociaux des faits commis vendredi, soit des associations, structures ou mosquées. Ce sont les services du renseignement territorial et de la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure) qui ont donné des indications pour orienter ces visites domiciliaires.

A chaque fois, le juge des libertés a donné son accord pour ces visites, précise l'entourage du ministre.

Des associations dans le collimateur

Par ailleurs, Gérald Darmanin a annoncé qu'une cinquantaine d'associations seront contrôlées ou dissoutes. Ces organismes "verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l'Etat et plusieurs d'entre elles (...) se verront dissoudre en Conseil des ministres". Le ministre souhaite notamment la dissolution du Collectif contre l'islamophobie (CCIF) et l'association humanitaire Baraka City. Le Collectif contre l'islamophobie a été "manifestement impliqué", indique le ministre, puisque le parent d'élève qui a "lancé une fatwa contre ce professeur, il n'y a pas d'autre mot, fait référence très clairement à cette association", a-t-il ajouté. 

"C'est une association qui touche des aides d'État, des déductions fiscales. Il y a un certain nombre d'éléments qui nous permettent de penser que c'est un ennemi de la République." Le père d'élève fait partie des onze personnes gardées à vue.

Des interpellations après des messages de soutien en ligne

Depuis l'assassinat vendredi du professeur de collège Samuel Paty, plus de 80 requêtes ont été ouvertes pour haine en ligne et des interpellations ont eu lieu depuis dimanche, a également indiqué Gérald Darmanin. La plateforme de signalement Pharos a permis d'identifier ces 80 messages de soutien au terroriste sur les réseaux sociaux. Un renforcement de cette plateforme est envisagé. Sur franceinfo, la députée de Paris et porte-parole LREM Laetitia Avia a expliqué que des annonces seront faites "en décembre" concernant les contenus haineux en ligne. "Un texte sera proposé, à l'échelle européenne" indique-t-elle.

Dimanche soir, le président Emmanuel Macron a réuni un conseil de défense pour annoncer de premières mesures après cet attentat. Les préfets doivent notamment trouver comment mieux sécuriser les écoles après les vacances. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess