Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentat de la gare Saint-Charles : "On se bat, ma fille Mauranne me donne une force énorme"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Les familles de Laura et Mauranne, les deux jeunes filles tuées dans l'attentat de la gare Saint-Charles à Marseille le 1er octobre 2017 vont faire appel. Le seul mis en examen, frère du tueur, a été blanchi par la justice mercredi. Le papa de Mauranne estime que cet homme a un lien avec l'attaque.

La gare Saint-Charles protégée le 1er octobre 2017 après l'attaque terroriste.
La gare Saint-Charles protégée le 1er octobre 2017 après l'attaque terroriste. © Maxppp - FLORIAN LAUNETTE

C'est une nouvelle épreuve pour les familles de Laura et Mauranne, les deux cousines poignardées à mort par un homme, Ahmed, 30 ans sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille le 1er octobre 2017 en criant à plusieurs reprises "Allah Akbar", avant d'être tué par les militaires de l'opération Sentinelle. Le frère d'Ahmed, Anis Hanachi, 28 ans, vient de bénéficier d'un non-lieu selon l'ordonnance des magistrats rendue mercredi. Il était mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d'atteintes aux personnes".

Une décision que dénonce le papa de Mauranne, Dominique Harel : "C'est une douleur et une incompréhension totale, le dossier fait état pour nous de multiples indices graves et concordants et on considère que le frère du terroriste doit être jugé".

Les familles veulent entendre Anis Hanachi, elles estiment qu'il a un lien, qu'il devait sans doute savoir ce que son frère préparait. Mais Anis Hanachi était à Toulon le 1er octobre 2017 et s'est enfui en Italie : "il faut rappeler le parcours djihadiste de ce frère, son arrivée sur le sol français la veille des faits, pour nous il n'y a aucun doute et on ne peut pas écarter tous ces arguments d'un non-lieu". C'est donc pour toutes ces raisons que les familles ont décidé de faire appel de cette décision. 

Un procès aurait permis à la famille d'avoir des réponses, d'avancer, l'avocate d'Anis Hanachi assure comprendre la colère, mais "on ne peut pas juger un innocent" dit-elle. "On ne sait même pas s'il est innocent. Il a un passé terroriste clairement" répond Dominique Harel. Anis Hanachi a été condamné en Tunisie en mars 2018 à 12 ans de prison pour avoir effectué des entraînements, une collecte d'argent, et même des cambriolages en lien avec une organisation terroriste.

Dominique Harel avait porté plainte contre l'État qui avait laissé libre le tueur alors qu'il devait se trouver dans un centre de rétention (plainte retirée depuis). Les familles se battent depuis l'attaque pour obtenir des réponses, pour Mauranne et Laura. 

"Mauranne me donne une force énorme qui permet de gérer et d'accepter tout ce combat,  toutes ces difficultés. Celles qu'on a dernière nous et celles qu'on va avoir devant nous." - Dominique Harel

Ce dimanche, le 18 avril, Mauranne aurait eu 24 ans, "cette période, c'est toujours des semaines très compliquées" ajoute Dominique Harel.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess