Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentat de la rue des Rosiers : la justice norvégienne donne un feu vert à l'extradition d'un suspect

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Ce vendredi, la justice norvégienne considère que les conditions légales sont réunies pour l'extradition vers la France d'un des auteurs présumés de l'attentat de la rue des Rosiers. Survenu en 1982, il avait fait six morts dans le quartier juif de Paris.

L'attentat de la rue des Rosiers avait fait six morts dans le quartier juif de Paris, en 1982.
L'attentat de la rue des Rosiers avait fait six morts dans le quartier juif de Paris, en 1982. © AFP - MICHEL CLEMENT / AFP

La justice norvégienne a décidé ce vendredi de donner son feu vert à l'extradition vers la France d'un des auteurs présumés de l'attentat des Rosiers. "Les conditions d'une extradition vers la France sont (...) remplies", a tranché la juge en charge du dossier. D'après elle, Walid Abdulrahman Abou Zayed "peut être extradé" en vertu de la loi norvégienne. 

Le 9 août 1982, dans le quartier juif de Paris, un commando avait lancé une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg, avait ouvert le feu dans l'établissement et contre des passants. L'attaque avait fait six morts et 22 blessés. L'opération avait rapidement été attribuée au Fatah-Conseil révolutionnaire, un groupe palestinien dissident de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Interpellé le 9 septembre dernier

Walid Abdulrahman Abou Zayed a été arrêté le 9 septembre en Norvège, pays où il vit depuis quasiment 20 ans. Cet homme de 61 ans, d'origine palestinienne, se dit innocent. Il assure en effet qu'il se trouvait à Monte-Carlo au moment des faits, et refuse d'être envoyé en France, où il fait face à des poursuites judiciaires. "J'y suis opposé parce que je n'ai rien à voir avec cela", a-t-il déclaré avant l'audience. 

Susceptible d'appel, la décision du tribunal d'Oslo ne porte que sur la légalité d'une telle extradition, celle d'extrader ou non l'auteur présumé revenant en dernier ressort au ministère norvégien de la Justice, voire au gouvernement.

Attendant un procès depuis près de 40 ans, les familles des victimes de l'attentat réclament cette extradition. "C'est très important au niveau du symbole, surtout au vu de l'actualité judiciaire française avec le procès des attentats de janvier 2015, qu'une personne mise en cause soit mise en face de ses responsabilités", a déclaré à l'AFP David Père, avocat de l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT).

La justice française a émis quatre mandats d'arrêt internationaux. Ils visent Abou Zayed, deux individus localisés en Jordanie et un autre en Cisjordanie, tous soupçonnés d'avoir été impliqués dans la préparation ou la perpétration de l'attaque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess