Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentat de Londres : une collégienne rouennaise témoigne

samedi 25 mars 2017 à 19:01 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

TEMOIGNAGE - Ce samedi 25 mars, une quarantaine de collégiens rouennais sont revenus d'un voyage scolaire en Angleterre. Le groupe était près de la capitale anglaise le mercredi 22 mars quand une attaque terroriste a fait quatre morts et une quarantaine de blessés.

Une quarantaine de collégiens rouennais étaient en voyage en Angleterre au moment de l'attaque terroriste qui a fait quatre morts.
Une quarantaine de collégiens rouennais étaient en voyage en Angleterre au moment de l'attaque terroriste qui a fait quatre morts. © Maxppp - Ik Aldama

Rouen, France

Ce samedi 25 mars, leur bus s'est arrêté vers 7h devant le collège Camille Claudel de Rouen, après trois jours de voyage éprouvants. Une quarantaine d'élèves de 4e et de 3e étaient en voyage en Angleterre depuis le mercredi 22 mars, jour de l'attaque terroriste qui a fait quatre morts et une quarantaine de blessés. Les collégiens n'étaient pas sur place au moment de l'attentat mais ils ont été marqués par l'événement.

Je me suis rendue compte que la vie était belle

"J'ai eu des gros câlins." Blanche, 14 ans, a eu droit à un retour plein d'émotion. Elle était en visite avec son groupe scolaire à Canterbury (au sud-est de Londres) au moment de l'attentat et sa mère était au courant, ce qui a limité la panique chez ses proches. Mais les messages ont quand même afflué de la part de son frères et de ses amis. La collégienne a vécu l'événement de manière assez sereine : "Je n'ai pas eu de réactions sur le moment parce qu'on est presque habitués par rapport aux tout premiers attentats. On se dit qu'on doit vivre avec, qu'on ne doit pas s'empêcher de vivre parce que de toute façon ça va continuer, qu'on le veuille ou pas."

Le retour dans son décor habituel à Rouen lui a quand même permis de constater qu'elle avait échappé au pire : "Je me suis rendue compte que la vie était belle parce que se dire qu'à un jour près on se serait retrouvés sur les lieux de l'attaque... Je me dis que de pouvoir revenir à Rouen, retrouver ma famille, mes amis, ça me permet de me rendre compte qu'il faut profiter de la vie."

Ce sont les parents qui en ont parlé tout de suite

Les parents, eux, ont vécu l'événement avec plus d'angoisse. Contrairement à leurs enfants, qui se savaient en sécurité, ils ont parfois dû attendre plusieurs heures avant d'être rassurés. Conséquence : beaucoup de questions à l'arrivée du bus. "Ce sont les parents qui en ont parlé tout de suite", explique la principale de l'établissement, Isabelle Lefrançois. "Ils étaient contents de retrouver leur enfant, de parler avec eux, de savoir que tout c'était bien passé. Ce n'était pas tellement les élèves qui ressentaient le besoin d'en parler immédiatement."

Quand aux professeurs, ils ont vécu un voyage éprouvant : "J'ai senti que les enseignantes qui accompagnaient le groupe étaient épuisées ! Elles ont dû gérer des phases d'angoisse, de questionnement mais elles étaient contentes de la façon dont le groupe a réagi. Les élèves se sont serré les coudes", détaille la principale.

Des élèves qui pourront reparler des événements et de la manière dont ils les ont vécu en classe, avec leurs professeurs d'anglais. Ils vont aussi raconter leur voyage très particulier dans le prochain numéro du journal du collège.