Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attaque de Marseille : les cinq personnes en garde à vue remises en liberté

vendredi 6 octobre 2017 à 21:30 Par Romane Porcon, France Bleu Provence et France Bleu

Les cinq personnes en garde à vue depuis mardi dans le cadre de l'enquête sur l'attaque au couteau de dimanche dernier gare Saint-Charles ont été remises en liberté, sans poursuites.

L'assaillant a tué deux cousines sur le parvis de la gare de Marseille dimanche
L'assaillant a tué deux cousines sur le parvis de la gare de Marseille dimanche © Maxppp -

Marseille, France

Les cinq personnes placées en garde à vue après l’attaque devant la gare Saint-Charles à Marseille ont été remises en liberté ce vendredi "en l'absence d'éléments incriminants à ce stade" a-t-on appris de source judiciaire.

Interpellés mardi à Marseille, quatre hommes, âgés de 32 à 56 ans, et une femme de 35 ans avaient été placés en garde à vue pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Plusieurs perquisitions à Marseille

C’est le téléphone portable retrouvé dimanche sur le corps du tueur qui avait permis ces interpellations. Les enquêteurs cherchaient à savoir si ces cinq individus avaint pu apporter un soutien logistique à l'assaillant.

La police avait procédé à plusieurs perquisitions à Marseille, dont l'une dans un studio loué par le Tunisien où il a passé sa dernière nuit. En début de semaine, le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb estimait que leurs interrogatoires permettraient "d'en savoir plus dans les jours qui viennent' mais pour l'instant aucune poursuite n'a été retenue contre ces cinq individus, inconnus des services de police.