Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Attentat de Nice

Attentat de Nice : l'enquête pénale progresse

-
Par , France Bleu Azur

Les victimes de l'attentat de Nice ont rencontré les juges d'instructions mardi. On revient sur ce que l'on a appris de nouveau lors de cette réunion.

Maître Philippe Soussi
Maître Philippe Soussi © Maxppp - Franck Fernandes

Nice, France

Philippe Soussi est l'avocat de l'Association française des victimes du terrorisme et de plusieurs victimes de l'attentat du 14 juillet. Il était notre invité ce mercredi à 7h50.

"Pas de contact entre le tueur et l'Etat Islamique"

Le tueur n'était pas en contact avec l'Etat Islamique, c'est ce que les juges d'instructions ont dit mardi aux victimes : "Il y a dans le dossier un vrai intérêt du terroriste pour l'islam radicalisé, mais ce qui est frappant c'est l'absence de connexion entre lui et l'Etat Islamique et en particulier l'absence d’allégeance de la part du terroriste."

"Sept personnes toujours en examen"

Philippe Soussi nous a également confirmé le nombre de personnes toujours mises en examen : "Sept personnes en examen. Il faut déterminer le degré d'implication des personnes avec le tueur. Il y a aujourd'hui des éléments à charge très sérieux contre ces personnes, mais les investigations se poursuivent."

"La frustration vient du dispositif de sécurité du 14 juillet"

Les juges d'instructions ont parlé de l'enquête pénale, mais pas du dispositif de sécurité : "La frustration vient du dispositif de sécurité du 14 juillet. Les juges d'instruction n'étaient pas là pour parler de ce dispositif, uniquement de l'enquête et donc forcément ça a déçu des victimes. D'ailleurs je suis contre le fait de relier les dossiers entre l'enquête pénale et le dispositif de sécurité. C'est une idée dangereuse. Certaines parties civiles ont très mal vécu ce moment là. D'autres parties civiles étaient beaucoup plus dans la réception d'informations qu'elles attendaient".

Le 10 juillet, les juges d’instruction recevront cette fois les familles de victimes étrangères, ou d'autres régions de France, à Paris. Les juges d'instruction reviendront à Nice, avant la fin de l'année pour une deuxième visite.

L'invité

Choix de la station

France Bleu