Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Nice

Attentat de Nice : entendu comme témoin assisté, Christian Estrosi rejette la responsabilité sur l'État

On en sait un plus des auditions de Philippe Pradal et Christian Estrosi dans l'enquête menée sur le dispositif de sécurité mis en place le soir de l'attentat de Nice le 14 juillet 2016. Entendus comme témoins assistés fin avril, ils rejettent la responsabilité sur l'État.

La Promenade des Anglais couverte de fleurs pour rendre hommage aux victimes de l'attentat en 2016
La Promenade des Anglais couverte de fleurs pour rendre hommage aux victimes de l'attentat en 2016 © Maxppp - Cyril Dodergny

Nice, France

L'enquête sur le dispositif de sécurité mis en place sur la Promenade des Anglais le soir de l'attentat de Nice se poursuit. Philippe Pradal, alors maire de Nice, Christian Estrosi ancien premier adjoint en charge de la sécurité et l'ex-préfet des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat ont été entendus comme témoins assistés ces dernières semaines. Des auditions longues, car les magistrats ont voulu aller dans le détail des préparatifs du 14 juillet 2016.

Chacun est resté une journée entière devant le magistrat instructeur. Christian Estrosi, premier adjoint en 2016 et le maire de l'époque Philippe Pradal ont la même version. Ils affirment avoir demandé les même conditions de sécurisation pour le feu d'artifices que pour l'Euro de football un mois avant ou le carnaval en février, c'est-à-dire des lieux fermés avec portiques. "Si on avait demandé à la ville d'appliquer un système étanche, nous l'aurions fait" précise Christian Estrosi qui assure que les festivités du 14 juillet avaient été "autorisées par l'Etat". "In fine, c'est la hiérarchie de l'Etat qui arbitre" ajoute l'actuel maire de Nice

Autre audition et autre version, celle d'Adoplphe Colrat qui était préfet des Alpes-Maritimes en 2016 : "Le dispositif ouvert a bien fait l'objet d'un choix clair, partagé par l'Etat et la ville". Un dispositif fermé avait été évoqué un temps, puis abandonné au cours d'une réunion préparatoire une semaine avant l'événement qui avait attiré 30.000 personnes. Réunion à laquelle ni Chrisitan Estrosi ni Philippe Pradal n'avait assisté.

Choix de la station

France Bleu