Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Nice

Attentat de Nice : le chef de cabinet d'Emmanuel Macron entendu par la justice niçoise

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

L'ancien directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, en poste lors de l'attentat de Nice, vient d'être entendu par les deux juges d'instruction niçois toujours en charge d'une enquête visant la sécurité de la promenade des Anglais le 14 juillet 2016, jour de l'attaque.

La Promenade des Anglais, 1 mois après l'attentat du 14 juillet 2016
La Promenade des Anglais, 1 mois après l'attentat du 14 juillet 2016 © Maxppp - LP/Yann Foreix

Nice, France

Le chef de cabinet d'Emmanuel Macron, François-Xavier Lauch, a été récemment entendu par la justice comme témoin assisté dans l'enquête sur l'attentat de Nice en 2016, alors qu'il était alors directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes. Le haut fonctionnaire a été interrogé vendredi 22 mars par les deux juges d'instruction chargés de l'enquête pour mise en danger de la vie d'autrui concernant le dispositif de sécurité du 14 juillet 2016 à Nice, jour de l'attentat niçois. La justice s'intéresse particulièrement aux deux réunions préparatoires des 28 juin et 7 juillet durant lesquelles devaient être mis en place le dispositif de sécurité autour des festivités :  feu d'artifice et Prom'Party. 

Une première enquête avait été classée sans suite par le procureur de la république de Nice, mais par l'action d'un couple qui a perdu son petit garçon dans cette attentat, une autre procédure a été ouverte et confiée à deux juges d'instructions. "Enfin, explique Maitre Yassine Bouzrou, l'avocat de cette famille. Le classement sans suite de la première enquête a été une énorme erreur, ce que prouve justement le travail actuel des deux juges d'instruction"

Ces deux juges d'instructions pilotent aujourd'hui ces auditions et affirment que "si l'information a été ouverte pour mise en danger de la vie d'autrui, ils ont aussi signifié à M. Lauch qu'ils entendaient examiner les faits sous l'angle de l'homicide et des blessures involontaires". Enfin, d'autres hauts responsables de l'époque seront convoqués : le préfet Adolphe Colrat et le maire de Nice, qui était à l'époque Philippe Pradal.