Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat au couteau à Nice

Attentat au couteau à Nice : l'émotion et l'inquiétude des croyants stéphanois

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Après l'attentat à la basilique Notre-Dame à Nice ce jeudi 29 octobre, une messe en hommage des trois victimes a été célébrée par l'évêque Monseigneur Bataille à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne. Les fidèles sont venus prier dans la communion, entre émotion et inquiétude.

Une messe en hommage des victimes de l'attentat de Nice a été célébrée par l'évêque Monseigneur Bataille à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne
Une messe en hommage des victimes de l'attentat de Nice a été célébrée par l'évêque Monseigneur Bataille à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne © Radio France - Julien Gonzalez

Une nouvelle fois l'horreur. Une attaque au couteau a eu lieu à la basilique Notre-Dame à Nice ce jeudi 29 octobre et a fait trois victimes : les victimes sont trois paroissiens, deux femmes et un homme. Le parquet antiterroriste a ouvert immédiatement une enquête pour "assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" face à cette attaque qui a provoqué une vive émotion dans toute la France. 

Les cloches de toutes les églises du pays ont sonné le glas à 15 heures et des messes ont été célébrées en hommage des victimes. C'est le cas à la cathédrale Saint-Charles Borromée, place Jean Jaurès à Saint-Etienne où des fidèles sont venus prier. Des fidèles pour certains inquiets comme Danièle venue se recueillir à 15 heures au moment où les cloches ont sonné. 

"Depuis très longtemps, les chrétiens sont persécutés !" - Danièle, catholique, retraitée stéphanoise 

Danièle, retraitée stéphanoise, souhaite que tous les lieux de culte soient absolument protégés.

"Malheureusement, ce ne sera pas la dernière fois : il y aura d'autres attentats ! On sait que depuis très longtemps, les chrétiens sont persécutés. Il faut que ce soit surveillé maintenant : tous les lieux de culte, pas seulement les églises ! La synagogue, c'est souvent qu'elle est surveillée et c'est très bien !"

Une retraitée stéphanoise rassurée de voir que le Premier ministre a relevé ce jeudi le plan Vigipirate au niveau "urgence attentat" et rassurée en particulier de la présence de policiers devant l'entrée de la cathédrale. Une surveillance accrue au moment de la cérémonie de 18h30 avec des militaires présents pour assurer la sécurité. Stéphanie fait partie des premiers fidèles venus assister à la messe célébrée par l'évêque de Saint-Etienne, Monseigneur Bataille, et cette catholique de 26 ans est sous le choc après l'attentat. 

"Ca aurait pu être notre notre maman, notre papa ! On se dit qu'en moins de 10 secondes, tout peut être fini !" - Stéphanie, catholique, 26 ans

Arrivée parmi les premiers fidèles, Stéphanie, catholique de 26 ans, sous le choc, est venue prier pour les victimes de l'attentat de Nice.

"Ca aurait pu être notre amie, notre maman, notre papa, nos proches, notre famille ! On se dit qu'en moins de 10 secondes, tout peut être fini !" Emotion entendue et célébrée par Monseigneur Bataille qui fait de la présence des fidèles ce jeudi soir un grand signe d'espérance.

"Soit on gagnera tous ensemble, soit c'est l'Humanité toute entière qui perdra !" - Monseigneur Bataille, évêque de Saint-Etienne

L'évêque Monseigneur Bataille, qui a célébré la messe à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne, a multiplié les messages d'union et de fraternité.

"Quand on vit un drame comme celui-ci, on sent qu'on a besoin de se retrouver, on a besoin de vivre cette fraternité et c'est ce message-là qu'on avait ensemble envie de porter. Soit on gagnera tous ensemble, soit c'est l'Humanité toute entière qui perdra !" Une cérémonie qui a compté sur la présence au premier rang du directeur des affaires culturelles de la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne, Youssef Afif, qui, au côté du recteur de la mosquée, est venu apporter son soutien aux catholiques.  

"Tous, musulmans, chrétiens, juifs, religieux, non religieux, nous sommes tous ensemble !" - Youssef Afif, directeur des affaires culturelles de la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne

Youssef Afif, directeur des affaires culturelles de la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne, est venu apporter son soutien aux catholiques.

"Tous, musulmans, chrétiens, juifs, religieux, non religieux, nous sommes tous ensemble ! Nous faisons tous une seule communauté, la communauté nationale, et c'est ce qui fait la grandeur de notre pays". Des messages d'union et de fraternité partagés par Edwige, touchée par la cérémonie de l'évêque de Saint-Etienne. 

"On ne va pas céder à la peur et le mal ne va pas gagner ! - Edwige, catholique, 16 ans

Edwige, catholique de 16 ans, est venue prier ce jeudi pour les victimes de l'attentat et priera de nouveau pour eux lors de la Toussaint.

"Il ne faut pas avoir peur alors on ne va pas céder à la peur et le mal ne va pas gagner !  Donc nous restons confiants : nous ce qu'on veut, c'est la paix alors on va continuer à prier et on va gagner !" Cette catholique de 16 ans reviendra pour la fête des Saints de la Toussaint le 1er Novembre prier en hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Le Président Emmanuel Macron a précisé de son côté avoir décidé de passer "dans les prochaines heures" la "mobilisation dans le cadre de l'opération Sentinelle de 3000 à 7000 militaires sur notre sol", afin de "protéger tous les lieux de culte. En particulier, bien évidemment, les églises pour que la Toussaint puisse se dérouler dans les conditions qui sont dues". 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess