Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Nice

Attentat de Nice : une famille veut une nouvelle procédure sur les conditions de sécurité

jeudi 30 mars 2017 à 21:06 Par Maxime Bacquié et Laurent Vareille, France Bleu Azur

Alors que le parquet de Nice a classé sans suite le 19 janvier dernier une enquête sur les conditions de sécurité le soir du 14 juillet 2016, la famille du jeune Yanis, une des victimes de l'attentat, réclame qu'une nouvelle enquête soit menée par un autre parquet.

L'hommage à Nice après l'attentat du 14 juillet 2016
L'hommage à Nice après l'attentat du 14 juillet 2016 © Maxppp - Franck Chavaroche

Nice, France

Les parents d'un enfant tué dans l'attentat de Nice, le petit Yanis, ont demandé ce jeudi au parquet général de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence le dépaysement loin de Nice de la procédure pénale portant sur les failles de sécurité qu'ils reprochent aux organisateurs de la soirée du 14 juillet, sur la promenade des Anglais.

"L'enquête préliminaire du procureur est totalement partielle."

Pour leur avocat, Yassine Bouzrou, le dépaysement est doublement justifié parce que "le procureur a lui-même participé aux réunions préparatoires sur les risques d'attentat", et que "son enquête préliminaire (classée sans suite, ndlr) est totalement partielle car ni le préfet ni aucun policier n'ont été entendus" , dit-il.

Yassine Bouzrou, avocat de la famille de Yanis

Après l'attentat qui a fait 86 morts et 450 blessés, le parquet de Nice avait été saisi de plaintes contre l'État et la municipalité de Nice pour mise en danger de la vie d'autrui, déposées par 23 familles ou proches de victimes.

Le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, avait cependant classé cette première enquête sans suite, le 19 janvier, en estimant qu'il ne pouvait retenir "aucun fait de nature à engager une quelconque responsabilité pénale à l'encontre de quiconque".