Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat au couteau à Nice

Attentat au couteau à Nice : "Quelque chose qui nous atteint au plus profond" pour l’Évêque de Metz

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

L’Évêque de Metz, Monseigneur Lagleize, réagit sur France Bleu Lorraine à l'attaque au couteau qui a coûté la vie à trois personnes ce jeudi dans une basilique de Nice.

Monseigneur Lagleize, évêque de Metz
Monseigneur Lagleize, évêque de Metz © Maxppp - Julio PELAEZ

Le glas a sonné à 15h à Nice comme partout en France, en hommage aux trois victimes de l'attentat perpétré jeudi matin dans la basilique Notre-Dame. Une "attaque terroriste islamiste" selon Emmanuel Macron qui s'est rendu sur place, et qui frappe toute la communauté catholique. "Cette menace, nous l'avions en tête" confie l'Évêque de Metz, Monseigneur Lagleize. 

France Bleu Lorraine : Quelle a été votre réaction à cette terrible nouvelle ? 

Monseigneur Lagleize : Je sortais de la basilique de Paray-le-Monial où j'étais en pèlerinage avec une quarantaine de jeune collégiens de Moselle quand j'ai appris la nouvelle. Comment j'ai réagi ? Comme tous le monde, avec stupéfaction et horreur. D'autant que dés hier matin, le préfet de la Moselle m'avait alerté sur un risque d'attentat concernant des lieux de culte. Mais nous ne savons jamais où et quand ils vont frapper... Cette menace nous l'avions en tête, et l'Etat prenait soin par exemple pour la cathédrale à Metz lors de fêtes de Noël, de Pâques ou du 15 août d'avoir une présence dans le cadre de Vigipirate. Il y a au moins un soucis pour l'Etat à ce que les lieux de cultes soient protégés, au moins pour les grandes fêtes.

Emmanuel Macron a affirmé son soutien aux catholiques, de France et d'ailleurs. Vous en aviez besoin ? 

Je pense que c'était nécessaire de le faire. Ce sont quand même trois personnes qui ont été assassinées dans cette basilique Notre-Dame-de-l'Assomption de Nice. Nous avons également eu le Père Hamel. Il était important que le Président de la République rappelle que l'Etat prenait soin des catholiques, puisque ce sont eux qui sont visés ici, mais aussi des autres religions, et de ceux qui ne croient en rien du tout. 

Quel message allez vous adresser aux fidèles pour la Toussaint ce week-end ? 

Je suis en train d'y réfléchir... J'avais déjà un peu pensé à mon homélie de la fête de la Toussaint en lien avec l'épidémie de coronavirus. Mais est arrivé ce matin quand même un autre coup de massue. Ce sont des circonstance où il nous faut à la fois ne pas faire preuve de naïveté et bien peser ses mots pour ne pas attiser le feu. C'est donc un exercice extrêmement délicat. C'est une période angoissante. Il y a quelque chose qui fonctionne mal et qui nous atteint au plus profond. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess