Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : l'enquête se poursuit en Savoie, une perquisition à Aix-les-Bains

mercredi 27 juillet 2016 à 18:00 Par Virginie Salanson et Richard Vivion, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu Sud Lorraine

Après l'assassinat du père Hamel mardi 26 juillet en Normandie, des investigations ont été menées en Savoie, à Aix-les-Bains dans la nuit de mardi à mercredi. Les enquêteurs cherchent à identifier formellement le second assaillant de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime.

Un appartement a été perquisitionné dans cet immeuble dans la nuit de mardi à mercredi.
Un appartement a été perquisitionné dans cet immeuble dans la nuit de mardi à mercredi. © Radio France - Richard Vivion

Un immeuble a été perquisitionné la nuit dernière à Aix-les-Bains en Savoie. Les enquêteurs cherchent à identifier formellement le second assaillant de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, où un prêtre a été égorgé ce mardi 26 juillet par deux hommes.

L'un des deux terroristes a été formellement identifié. Chez lui, les enquêteurs ont retrouvé une pièce d'identité, celle d'un jeune habitant d'Aix-les-Bains, en Savoie. C'est donc l'appartement familial de ce dernier, situé dans le quartier Franklin-Roosevelt d'Aix-les-Bains, qui a été perquisitionné dans la nuit de mardi à mercredi par les enquêteurs.

Vers minuit et demi, une cinquantaine de policiers de la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention) et du RAID ont fermé le quartier. Ils ont fouillé de fond en comble un appartement situé au 4e étage d'un des immeubles de ce quartier réputé calme habituellement, selon les voisins.

L'appartement visé par la police appartient à une mère de famille. Elle y vit avec sa plus jeune fille de 17 ans et son fils de 19 ans. C'est lui que la police soupçonne d'être le deuxième auteur de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Sa mère ne veut pas y croire, ses voisins non plus

Cette mère de famille, choquée, dénonce la violence des policiers. Elle ne veut pas croire que son fils soit lié à cet attentat. "C'est un garçon tout ce qu'il y a de plus gentil" témoigne-t-elle. Le jeune homme a passé un bac pro en commerce l'an dernier et a travaillé en intérim il y a quelques semaines à l'aéroport de Chambéry. Cette femme a d'ailleurs eu des nouvelles de son fils lundi soir, dans un message téléphonique, il lui disait que "tout allait bien".

Stupeur aussi, parmi les voisins du quartier. Eux non plus ne veulent pas croire à cet histoire : tous ceux à qui l'ont a parlé décrivent "un jeune homme souriant" "qui vivait là depuis deux ans avec sa maman" et "qui n'avait aucun problème", "pratiquant, mais sans plus". Il était d'ailleurs dans le quartier encore dimanche soir.

La perquisition a duré jusqu'à sept heures du matin. Dans l’appartement, la police a saisi du matériel informatique et de nombreux documents, mais pour l'instant, aucun résultat n'a filtré et rien ne confirme ni n'infirme les soupçons des forces de l'ordre.