Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attentat de Strasbourg : plus d'un millier de personnes sont passées par la cellule d'urgence médico-psychologique

vendredi 11 janvier 2019 à 8:51 Par Aude Raso, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Un mois après l'attentat du 11 décembre à Strasbourg, les consultations de suivi psychologique restent ouvertes.

Au lendemain de l'attaque dans le centre de Strasbourg (Bas-Rhin), messages de condoléances et fleurs au pied du grand sapin de la place Kléber. 12 décembre 2018.
Au lendemain de l'attaque dans le centre de Strasbourg (Bas-Rhin), messages de condoléances et fleurs au pied du grand sapin de la place Kléber. 12 décembre 2018. © Radio France - Maxime Bacquié

Strasbourg, France

C'était il y a un mois, jour pour jour. Le 11 décembre, le terroriste Cherif Chekatt ouvrait le feu dans les rues du centre-ville de Strasbourg. Le bilan s'élève aujourd'hui à cinq morts et onze blessés. En un mois, plus d'un millier de personnes ont bénéficié d'un soutien à la cellule d'urgence médico-psychologique du Grand Est et du Bas-Rhin.

"Certaines personnes continuent de venir nous consulter pour la toute première fois, précise Dominique Mastelli, responsable de la cellule d'urgence et médecin psychiatre aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Les consultations seront ouvertes encore pendant des semaines, voire des mois."

Des plateformes téléphoniques toujours ouvertes

Après l'attentat de Nice en 2016, des personnes sont encore venues consulter pour la toute première fois, un an après le drame. "Le fait de revivre à distance l'événement peut être très fort lors des dates anniversaires, confirme Dominique Mastelli. L'impact psychologique peut être direct, pour les personnes qui ont vu quelque chose le soir de l'attentat. Il peut aussi être indirect, parce que quelqu'un de très proche a vécu les choses, ou parce qu'on s'est senti en danger de mort le soir de l'attentat."

Comment détecter un risque pathologique chez les patients ? "Le fait d'éviter de passer à certains endroits, de ne pas pouvoir reprendre une activité en lien avec l'événement, son travail ou autre chose... Ce sont des signes évocateurs", répond Dominique Mastelli : 

Les troubles du sommeil sont quasiment normaux après l'événement. En revanche, s'ils persistent plusieurs semaines, il faut consulter un spécialiste."

Deux plateformes téléphoniques ont été mises en place par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg pour le suivi psychologique. Il faut composer le 03.88.11.62.12 pour les adultes, le 03.88.11.52.48 pour les mineurs.