Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attentat de Strasbourg : six proches de Chérif Chekatt relâchés, une personne encore en garde à vue

dimanche 16 décembre 2018 à 13:03 Par Blandine Costentin, France Bleu, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les gardes à vue de six personnes dans l'entourage proche de Chérif Chekatt, l'assaillant du marché de Noël de Strasbourg, ont été levées samedi et dimanche, selon le parquet de Paris. Un individu reste entendu par les enquêteurs antiterroristes.

Au 74 rue du Lazaret à Strasbourg Neudorf, le lieu où le tireur de la fusillade du marché de Noel a été abattu.
Au 74 rue du Lazaret à Strasbourg Neudorf, le lieu où le tireur de la fusillade du marché de Noel a été abattu. © Radio France - Wyloen Munhoz-Boillot

Strasbourg, France

Une personne est encore en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat perpétré le 11 décembre au marché de Noël de Strasbourg. Il s'agit d'un membre de l'entourage de l'assaillant, Chérif Chekatt, qui faisait partie des sept personnes interpellées mardi soir. Ce dimanche matin, les gardes à vue de deux individus ont été levées, "en l'absence d'éléments les incriminant à ce stade", selon franceinfo. Celles de quatre membres de la famille Chekatt avaient été levées samedi. 

Dès le début de la traque du fugitif, juste après l'attaque qui a fait quatre morts et onze blessés, le père et la mère de Chérif Chekatt, ainsi que deux de ses frères, avaient été placés en garde à vue, certains s'étant présentés d'eux-mêmes aux autorités. Un autre membre de son entourage avait été à son tour placé en garde à vue mercredi et deux autres proches dans la nuit de jeudi à vendredi, après la mort du tueur, abattu par des policiers dans le quartier strasbourgeois du Neudorf, à l'endroit même où sa trace s'était perdue.

L'enquête continue sur l'existence d'éventuels complices

Chérif Chekatt, 29 ans, était un délinquant, condamné 27 fois en France, en Allemagne et en Suisse pour des vols et des violences. Il était fiché S pour radicalisation islamiste.  L'enquête sur les circonstances de l'attentat s'attache notamment à rechercher d'éventuels complices, susceptibles de l'avoir aidé dans la préparation de son passage à l'acte et de lui avoir fourni une aide logistique dans sa cavale de 48 heures. L'organisation djihadiste Etat islamique a revendiqué les actes de Cherif Chekat, mais cette revendication est considéré comme "totalement opportuniste" par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Abdelkrim Chekatt, le père de Chérif Chekatt, interrogé samedi soir sur France 2, affirme que le jeune homme adhérait aux idées de l'EI et il assure qu'il a tenté de lui ouvrir les yeux . Abdelkrim Chekatt nie avoir été en contact avec son fils durant sa cavale.

Dimanche matin, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées place Kléber à Strasbourg pour un hommage en musique aux victimes de l'attaque du 11 décembre. Vendredi, après les deux jours de traque du terroriste, le marché de Noël a rouvert. Le président de la République Emmanuel Macron est venu assurer aux Strasbourgeois la solidarité de la nation.