Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attentat de Strasbourg: une cérémonie d'hommage aux victimes à la cathédrale

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Un an après l'attentat de Strasbourg, une cérémonie d'hommage aux victimes s'est tenue ce mercredi soir à la Cathédrale de Strasbourg. Des chants, de la musique, des lectures de textes et de poèmes. La cérémonie, pensée par les victimes et leurs familles a rassemblé 600 personnes.

Cérémonie hommage à la cathédrale de Strasbourg en homme aux victimes, un an après l'attentat du marché de Noël
Cérémonie hommage à la cathédrale de Strasbourg en homme aux victimes, un an après l'attentat du marché de Noël © Radio France - Margot Turgy

Des chorales, d'opéra, d'enfants ou de gospel, des formations musicales yidish ou orientale, un flutiste, des poèmes, un grand coeur alimenté par de petites bougies déposées par le public, quelques discours, celui du maire de Strasbourg Roland Ries ou de son adjointe Chantal Cutajar. 

La cérémonie s'est tenue dans le froid glacial et la lumière tamisée d'une cathédrale remplie, près de 600 personnes, officiels, le ministre de l'intérieur Christophe Castaner en tête, anonymes et victimes et leurs familles installées au premier rang. Plusieurs de ces victimes ont pris la parole pour lire de courts textes.

Il y a eu aussi le témoignage poignant du chauffeur du taxi dans lequel Cherif Chekatt s'est engouffré après avoir semé la mort et la terreur dans les rues de Strasbourg. L'homme d'origine marocaine explique qu'il était au volant, l'arme de Chekatt braquée dans son dos. "La langue française est riche d'expressions qu'on ne prend jamais au premier degré", dit-il, "voir sa vie défiler, sentir son sang se glacer, sa gorge se nouer, avoir l'estomac retourné, les jambes en coton, le 11 décembre 2018, ces mots sont devenus ma réalité". " Aujourd'hui", a conclu le chauffeur, "devant vous je ne suis ni musulman, ni marocain, ni français, je suis avant tout un être humain et c'est cette humanité qui doit nous rassembler".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess