Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentat déjoué à Notre-Dame de Paris : une jeune femme du Loiret renvoyée devant les assises

lundi 10 septembre 2018 à 19:01 Par Christophe Dupuy, France Bleu Orléans

La justice a ordonné le renvoi devant les assises du commando de cinq femmes jihadistes démantelé en septembre 2016 après un attentat raté à la voiture piégée près de Notre-Dame de Paris. Parmi elles, Ornella Gilligmann une habitante de Châlette-sur-Loing dans le Loiret.

La cathédrale Notre Dame de Paris visée par le commando
La cathédrale Notre Dame de Paris visée par le commando © Maxppp - Sadak Souici

Paris, France

Ornella Gilligmann est la première jeune femme de ce commando essentiellement féminin à avoir été incarcérée et mise en examen. Deux jours après la tentative d’attentat le 4 septembre 2016 aux abords de la cathédrale Notre-Dame à Paris, elle avait été arrêtée avec son mari et ses enfants sur une aire d’autoroute près d’Orange dans le Vaucluse. 

Âgée de 29 au moment des faits, originaire de Dourdan dans l’Essonne, elle vivait avec sa famille depuis sept ans dans le quartier Kennedy-Château Blanc de Châlette-sur-Loing. Cette mère de deux petites filles et d'un garçon, âgés de 3 à 7 ans, convertie à l'islam en 2009 était fichée S et assignée à résidence depuis des velléités de départ en Syrie en 2014.

Ses empreintes dans la 607

Ses empreintes digitales ont été retrouvées à bord de la voiture 607 Peugeot où avaient été entreposées les bonbonnes de gaz. En garde à vue, la jeune femme a reconnu sa participation tout en essayant de minimiser sa responsabilité. Elle a toutefois expliqué aux enquêteurs que la première cible de l'attentat était la Tour Eiffel mais qu’elle et ses complices auraient renoncé devant l'impossibilité de s'approcher du monument en voiture. 

Selon le quotidien Le Monde, Ornella aurait été abusée par Ines Madani, figure principale du commando féminin qui se serait fait passer pour un homme pour convaincre la jeune mère de famille du montargois de commettre un acte terroriste.

Premier dossier des attentats devant les assises

Quatre autres femmes jihadistes présumées et leur inspirateur Rachid Kassim, propagandiste du groupe Etat islamique probablement mort en Irak, sont renvoyés devant les assises. Cette affaire avait mis en lumière le passage en première ligne des femmes dans le jihad armé sur le territoire français. Il s'agit du premier dossier à être renvoyé aux assises parmi la vague d'attentats et de tentatives d'attentats islamistes qui ont fait 246 morts en France depuis 2015.