Faits divers – Justice

Attentat déjoué de Paris : une première suspecte mise en examen et écrouée

Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu samedi 10 septembre 2016 à 22:28 Mis à jour le dimanche 11 septembre 2016 à 14:44

L'opération de police s'est déroulée dans un immeuble de Boussy-Saint-Antoine, tout près de la gare de la ville.
L'opération de police s'est déroulée dans un immeuble de Boussy-Saint-Antoine, tout près de la gare de la ville. © AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Une première femme a été mise en examen samedi soir dans la double enquête sur un attentat avorté à la voiture piégée aux bonbonnes de gaz à Paris et sur une autre attaque "imminente" de la part d'un commando de femmes jihadistes.

C'est la première mise en examen dans ce dossier. Une des suspectes dans la tentative présumée d'attentat aux bonbonnes de gaz à Paris a été inculpée samedi soir pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes et tentative d'assassinats en bande organisée, conformément aux réquisitions du parquet.

Empreintes retrouvées dans la voiture aux bonbonnes de gaz

Ornella G avait été déférée un peu plus tôt dans la journée devant un juge d'instruction anti-terroriste. Âgée de 29 ans, elle était fichée "S" en raison de ses velléités de départ vers la Syrie. En revanche, la garde à vue du compagnon de la jeune femme, arrêté en même temps qu'elle mardi sur une aire d'autoroute près d'Orange, dans le Vaucluse, a été levée.

Ornella G. fait partie d'un commande de jeunes femmes soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat à Paris, où une voiture contenant des bonbonnes de gaz a été découverte dans la nuit de samedi à dimanche dernier à proximité de Notre-Dame. Ses empreintes ont été retrouvées dans le véhicule. Dans l'enquête concernant Ornella G., il n'y a désormais plus de garde à vue en cours.

A LIRE AUSSI > "Le dessein de ce commando était clairement de commettre un attentat"

Six personnes dont deux mineurs en garde à vue

En revanche, dans l'affaire visant trois jeunes femmes interpellées jeudi soir à Boussy-Saint-Antoine, une mineure de près de 16 ans et un homme de 23 ans, les cinq gardes à vue étaient toujours en cours samedi. Selon BFM TV et l'agence Reuters qui citent une source proche de l'enquête, Ines M., 19 ans, fille du propriétaire de la voiture, Sarah H., 23 ans et Amelle S., 39 ans, projetaient de commettre jeudi un attentat Gare de Lyon.

Dans l'enquête autour de ces jeunes femmes, un mineur a également été interpellé ce samedi à Paris dans le 12e arrondissement selon Franceinfo, il serait en lien avec Rachid Kassim, un djihadiste de l’organisation État Islamique originaire de la Loire qui pourrait être le commanditaire de l'attentat avorté.

A LIRE AUSSI > L'une des suspectes est originaire du Var

Le réseau était apparemment dirigé par des femmes. - Aucun(e)
Le réseau était apparemment dirigé par des femmes. -
  - Aucun(e)
-