Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentat déjoué à Toulon : ce que l'on sait du djihadiste présumé

mercredi 11 novembre 2015 à 11:35 - Mis à jour le mercredi 11 novembre 2015 à 12:01 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Manuel Valls a félicité les policiers qui ont arrêté le 29 octobre dernier Hakim, un jeune Toulonnais de 25 ans en rupture familiale, mis en examen et écroué. Fiché pour sa radicalisation, il projetait d'attaquer la base navale de Toulon et de tuer des militaires.

Le porte-avions Charles de Gaulle à Toulon
Le porte-avions Charles de Gaulle à Toulon © Maxppp

Toulon, France

Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a souligné "l'efficacité des services du ministère de l'Intérieur dans la lutte antiterroriste". Et Manuel Valls, le Premier ministre, a adressé sur Twitter ses "félicitations aux policiers qui ont une nouvelle fois empêché un projet terroriste".

Le Toulonnais de 25 ans arrêté fin octobre et mis en examen préparait un attentat contre des militaires de la base navale de Toulon. Il était en contact avec un djihadiste français en Syrie et envisageait de tuer des marins avec un couteau de combat et au moins une cagoule.

Hakim voulait mourir en martyr

Arrêté le 29 octobre dernier et mis en examen le 2 novembre pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, Hakim était sous surveillance depuis un an, en raison de sa radicalisation et de son soutien aux thèses jihadistes. Il avait d'ailleurs tenté à plusieurs reprises de rejoindre la Syrie, sans succès.

C'est après la découverte d'un colis en provenance de Chine avec un couteau et au moins une cagoule, que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a interpellé le jeune homme et l'a placé en garde à vue. C'est là qu'il a avoué son projet et indiqué qu'il souhaitait une fois l'attentat accompli, "mourir en martyr".

"Le djihadiste français avec lequel le Toulonnais était en lien est connu des services" (Patrick Mennucci)

Sur France Bleu Provence, Patrick Mennucci, député PS de Marseille et co-président de la commission d'enquête sur la surveillance des filières djihadistes a indiqué que "le travail effectué par les services de renseignement en France fonctionne" et que l'homme en Syrie avait lequel le jeune Toulonnais était en lien et auprès duquel il se serait radicalisé était "connu" et "ferait sans doute l'objet de représailles".

Patrick Mennucci : "l'homme avec lequel le jeune Hakim était en lien est connu"

"Toulon est une cible." (Hubert Falco)

Hubert Falco, sénateur-maire LR de Toulon - Aucun(e)
Hubert Falco, sénateur-maire LR de Toulon - Samia Belbachir

Mercredi matin lors des commémorations du 11 novembre, Hubert Falco sénateur-maire LR de Toulon, a indiqué que "de par sa position de premier port militaire d'Europe, Toulon est un cible".

"Nous savons que nous sommes exposés." (Général Demier)

Invité de France Bleu Provence à 7h20, le général Demier, gouverneur militaire de Marseille a explique que "nous savons que nous devons nous exposés à des actions puisque nous combattons le terrorisme."

Général Demier "Nous sommes exposés puisque nous combattons le terrorisme"

"Tout le monde est aujourd'hui concerné par des alertes." (Plantu)

"Cette Europe que j’adore est un peu endormie. Elle commence à se réveiller" face à la menace terroriste, a également déclaré le dessinateur de presse Plantu, protégé par la police depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier, mais qui confie ne pas vouloir céder à la peur pour autant.

Plantu, invité de France Bleu Provence