Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Nice

Attentat de Nice : comment l'expliquer aux enfants ?

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu Provence, France Bleu
Nice, France

De nombreux enfants étaient présents le soir du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice. Plusieurs ont été tués, d'autres ont perdu un proche, d'autres encore ont été séparés de leurs parents dans des mouvements de foule. Un traumatisme pour lequel il faut tenter de trouver les mots.

Sur la promenade des Anglais, un centre d'accueil d'aide et d'écoute reçoit les rescapés
Sur la promenade des Anglais, un centre d'accueil d'aide et d'écoute reçoit les rescapés © Radio France - Rosalie Lafarge

Parmi les victimes de l'attentat du jeudi 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice se trouvent des enfants. Parmi les rescapés également : ils étaient nombreux à assister avec leurs familles au feu d'artifice donné pour la fête nationale.

Après un tel drame, beaucoup se demandent comment expliquer aux plus jeunes ce qui est arrivé. Faut-il dire certaines choses et en taire d'autres ? De quelle façon aborder la tragédie ?

Des structures d'accueil avec des psychologues pour les rescapés

À Nice, dans les premières heures après l'attaque, des structures ont été mises en place pour accueillir les rescapés. Le CUM, centre universitaire méditerranéen a été transformé en lieu d'accueil, d'aide et d'écoute. De nombreuses familles sont venues se confier à des psychologues.

Parmi ces familles, celle de Mathis, 8 ans. Avec sa mère, sa grand-mère et sa soeur, le petit garçon était là au moment du drame et ces images l'ont évidemment marqué. Sur les conseils de son père pompier, il est allé voir une psychologue installée au CUM.

"Elle m'a demandé de faire un dessin de ce que j'avais vu, j'ai dessiné un camion avec des gens et des gens qui se font écraser, j'ai compris que c'était des terroristes qui avaient roulé sur tout le monde et j'ai eu un peu peur" raconte l'enfant.

"J'ai dessiné un camion avec des gens et des gens qui se font écraser" - Mathis, 8 ans

Mathis est venu accompagné de ses proches présents le soir du drame. Sa grand-mère, Sarah, se sent un peu moins mal en sortant de la consultation .

"Cela fait du bien d'avoir quelqu'un à qui confier ce qu'on a vécu, car on était tout près du camion et depuis on n'arrête pas de ressasser les choses, de revoir ce camion qui arrive, les gens morts, les poussettes... ce sont tout le temps les mêmes images".

"Cela fait du bien d'avoir quelqu'un à qui confier ce qu'on a vécu" - Sarah

Expliquer aux enfants sans minimiser les choses

Les psychologues du centre, comme Sandrine Gasne, insistent sur le fait qu'il ne faut pas cacher à l'enfant l'effet que ce drame a sur nous, adultes. Il ne faut pas non plus lui mentir.

"On peut lui dire que c'est quelque chose de pas normal, de grave, sans forcément rentrer dans les détails, en disant que c'est un méchant qui a fait quelque chose qu'il ne faut pas faire, mais sans minimiser les faits non plus, car les enfants ont cette aptitude à recevoir les choses très directement et ils ont besoin d'avoir des explications directes", explique la psychologue.

Les conseils de la psychologue Sandrine Gasne

Que faire face à un enfant qui pose des questions ?

"Il faut laisser parler l'enfant et ne pas masquer l'impact que cela a sur les adultes" - Sandrine Gasne

Que faut-il dire et ne pas dire ?

"Les enfants captent beaucoup de choses, il ne faut donc pas minimiser les faits" - Sandrine Gasne

Les enfants qui ont vécu ce drame peuvent-ils s'en remettre ?

"C'est comme une fracture dans une vie, il y a des accompagnements possibles donc on peut s'en remettre" - Sandrine Gasne

À trop en parler, ne risquons-nous pas d'aggraver la situation ?

"Il faut être dans une écoute bienveillante sans potentialiser l'impact" - Sandrine Gasne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess