Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentat raté sur les Champs-Élysées : l'arsenal découvert montre la "préparation indiscutable d'une action violente"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les quatre membres de la famille de l'homme mort lundi dans un attentat raté contre des gendarmes, sur les Champs-Élysées à Paris, ont été relâchés mercredi après deux jours de garde à vue.

François Molins a livré le 22 juin les premiers éléments de l'enquête sur l'attentat raté des Champs-Élysées
François Molins a livré le 22 juin les premiers éléments de l'enquête sur l'attentat raté des Champs-Élysées © AFP - Thomas SAMSON

L'auteur de l'attentat raté sur les Champs-Elysées avait conçu "un dispositif qui, selon toute vraisemblance, avait pour objet de faire de son véhicule un engin explosif", a déclaré jeudi le procureur de la République de Paris François Molins. Dans la voiture qui a percuté lundi le véhicule de tête d'un convoi de gendarmes mobiles, sans faire de victime, les enquêteurs ont notamment retrouvé des armes, plusieurs milliers de munitions, "deux bouteilles de gaz de 13 kilos chacune, pleines et toujours dotées de leur opercule de sécurité" ainsi qu'"une besace calcinée qui contenait de très nombreux projectiles ressemblant à des ogives", a précisé François Molins lors d'une conférence de presse.

"Préparation indiscutable d'une action violente"

"Le passage à l'acte n'a sans nul doute pas atteint l'objectif envisagé", a estimé François Molins. "L'arsenal découvert dans le véhicule atteste de l'ampleur de l'action terroriste projetée, qui si elle avait abouti elle aurait des conséquences humaines", a souligné François Molins, qui a pointé "l'inadéquation entre l'ampleur de l'arsenal et l'échec de l'entreprise terroriste".

Dans la voiture qui a servi au terroriste pour foncer sur des gendarmes mobiles sur les Champs-Élysées à Paris, deux bouteilles de gaz de 13 kilos, pleines et toujours fermées, posées contre les deux portières, ont été retrouvées. Près de 9.000 cartouches étaient entreposées dans des cartons, et il y avait plusieurs armes dans le véhicule, dont une carabine, et deux pistolets, dont un à sa ceinture. A son domicile, outre les nombreuses armes découvertes, les enquêteurs ont retrouvé 8 bidons vides de poudre noire, servant à remplir des munitions, mais pouvant aussi servir à fabriquer une bombe. Par ailleurs, une couscoussière entourée de chatterton a notamment été découverte, renforçant cette hypothèse.

Du tir sportif pour se préparer au jihad

François Molins a indiqué que le terroriste avait envoyé par La Poste une lettre-testament à plusieurs de ses proches le 19 juin, le jour de l'attentat raté, dans laquelle il explique avoir pratiqué le tir sportif "pour sa préparation au jihad". Ce courrier atteste "d'une volonté déterminée de rejoindre la zone irako-syrienne". L'homme avait fait l'objet d'une fiche de recherche émise par les autorités tunisiennes pour terrorisme en 2014. Une demande d'entraide pénale est en cours. Fiché S en 2015, il avait été signalé pour avoir été contrôlé à la frontière greco-turque avec sa femme et ses deux filles. Il avait réalisé trois séjours en Turquie en 2016, qu'il avait justifié par son activité professionnelle de commerce de bijoux.

Les quatre membres de la famille de l'homme qui a foncé lundi en voiture sur des gendarmes mobiles sur les Champs-Élysées à Paris ont été remis en liberté mercredi en fin de journée. Le père, le frère, la belle-sœur et l'ex-femme de cet homme avaient été placés en garde à vue dans la nuit de lundi à mardi, après l'attentat raté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess