Faits divers – Justice

Attentat sur les Champs-Elysées: des policiers lorrains dénoncent un manque de matériel de protection

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine vendredi 21 avril 2017 à 9:04

Après l'attentat hier soir à Paris, le quartier des Champs-Elysées a été bouclé par la police
Après l'attentat hier soir à Paris, le quartier des Champs-Elysées a été bouclé par la police © Maxppp - Tatif/Wostok Press

Après l'attaque terroriste à Paris ce jeudi soir, le vice-président du Collectif libre et indépendant de la police en Lorraine dénonce ce vendredi matin le manque de matériel de protection des forces de l'ordre face aux menaces terroristes.

Ce jeudi soir vers 21h, un homme a ouvert le feu sur des policiers sur les Champs Elysées à Paris. L'un d'entre eux a été tué, deux autres ont été blessés dont l'un grièvement. Une touriste qui se trouvait là a également été touchée. L'assaillant a été abattu par la police. Il s'agirait d'un Français surveillé par les services de renseignement. L'attaque a été quasi immédiatement revendiquée par l'organisation Etat islamique.

Cela fait un moment qu'on demande des moyens de protection balistiques supplémentaires, notamment au niveau de nos véhicules"

Ce vendredi matin, dans les rangs de la police, c'est surtout la colère qui domine. Abdel (il ne peut pas donner son nom de famille) est policier en Moselle, vice-président du Clip, le Collectif libre et indépendant de la police. Il dénonce le manque de matériel de protection des forces de l'ordre face aux attaques terroristes : "C'est le minimum, être en colère par rapport à ce qui s'est passé. Quand on sait les conditions dans lesquelles nos collègues sont tombés, c'est plus que rageant. Ils étaient dans leur véhicule et ils ont été attaqués lâchement. Cela fait un moment qu'on demande des moyens de protection balistiques supplémentaires, notamment au niveau de nos véhicules, adaptés aux menaces terroristes. Et là, nous avons la preuve que des collègues sont tombés bêtement à cause du manque et de l'insouciance de nos responsables".

Le vice-président du Clip réagit ce matin sur France Bleu Lorraine

LIRE AUSSI : Attentat sur les Champs-Elysées : ce que l'on sait