Faits divers – Justice

Attentat sur les Champs-Elysées : le responsable départemental de la Somme du syndicat de police SGP FO réagit

Par Marie-Gaëtane Comte, France Bleu Picardie vendredi 21 avril 2017 à 10:44

Les Champs-Elysées bouclés par les forces de l'ordre jeudi soir
Les Champs-Elysées bouclés par les forces de l'ordre jeudi soir © Maxppp - WOSTOK PRESS/MAXPPP

Un attentat a eu lieu jeudi soir à Paris, sur les Champs-Élysées. Un policier est mort, le terroriste a été abattu. L'attaque a été revendiquée par le groupe État islamique. Les policiers ont encore été pris pour cible.

La France à nouveau frappée par une attaque jihadiste. Un policier a été tué en plein cœur de Paris, jeudi soir sur les Champs-Elysées. Deux autres policiers ont été grièvement blessés, tandis qu'une touriste a été plus "légèrement" touchée par balle. L'assaillant a été abattu par la police.

C'est l'uniforme qui a été visé par cette attaque

Stéphane Fievez, le secrétaire départemental de la Somme du syndicat SGP police FO a réagit ce matin sur France Bleu Picardie. "Mes premières pensées vont à la famille et à la grande famille de la police qui une fois de plus a été victime d'un attentat". "C'est tellement facile d'agir comme il l'a fait hier, on est face à une problématique difficile à résoudre. Nous sommes en état d'urgence, il faut se donner les moyens de lutter contre ces terroristes, tant au niveau de la justice qu'au niveau de la sécurité."

"Il faut se donner les moyens de lutter contre les terroristes", Stéphane Fievez de SGP Police FO dans la Somme

Les messages de soutien se succèdent sur les réseaux sociaux

Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France fait part de son émotion.

Eric Richezmo, le secrétaire départemental du FN dans la Somme assure son soutien "aux forces de l'ordre".

Un Conseil de défense à l'Elysée

Les investigations se poursuivent autour du terroriste. François Hollande a "convoqué" un conseil de défense ce vendredi qui s'est ouvert peu après 8h. Outre le chef de l'Etat, y participent le Premier ministre Bernard Cazeneuve, les quatre ministres régaliens (Intérieur, Justice, Défense et Affaires étrangères), ainsi que les patrons des services de sécurité, de renseignement et de l'armée, soit une quinzaine de personnes, a-t-on précisé de même source.

Le Chef de l'État a annoncé qu'un "hommage national" sera rendu au policier tué. Les principaux candidats à la présidentielle ont apporté leur soutien aux forces de l'ordre. Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont annulé leurs derniers déplacements de campagne prévus ce vendredi.