Faits divers – Justice

Attentats de Bruxelles : Richard et Céline, un père et sa fille rescapés valenciennois de l'attaque de l'aéroport

Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord mardi 22 mars 2016 à 20:53

Richard et Céline de Bruay sur l'Escaut rescapés de l'attentat à Zaventem
Richard et Céline de Bruay sur l'Escaut rescapés de l'attentat à Zaventem - Rafaela Biry-Vicente

Richard est passé mardi dans le hall deux minutes avant l'explosion. Sa fille Céline était déjà dans l'avion. Les deux rescapés de Bruay sur l'Escaut dans le Valenciennois sont très choqués

Richard était parti tôt de Bruay sur l’Escaut mardi matin pour accompagner sa fille Céline prendre son avion pour Genève. Sur la route, ils parlent d’ailleurs de possibles représailles après l’arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek et de possibles attentats à Zaventem. Très vite, ils oublient cette hypothèse.

Mais deux heures plus tard, la réalité devance leur pire projection. Alors que Céline vient d’embarquer dans son avion pour la Suisse, Richard passe par le hall deux minutes après les kamikazes font exploser leur ceinture. « un bruit assourdissant, un souffle énorme qui a fait voler des objets, dans la tête on est sonné » explique le retraité encore abasourdi par cette déflagration.

Ensuite Richard qui comprend tout de suite que c’est un attentat, se réfugie dans les toilettes avec trois  autres hommes, craignant l’arrivée de terroristes munis de kalachnikovs, et puis en sortant il voit des gens courir partout et il vient épauler une femme blessée avec le pied en sang.

le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Au bout de deux longues heures seulement à cause d’un réseau téléphonique saturé, il arrive à joindre sa fille pour savoir si tout va bien. Et c’est seulement six heures plus tard qu’ils arrivent à se rejoindre à la gare de Zaventem après de longues heures d’attente dans un hangar pour lui et dans le centre sportif de Zaventem pour elle. La tout juste trentenaire est très « choquée, sonnée ».

Richard explique qu'il aura du mal à retourner à Zaventem pour aller chercher sa voiture restée dans le parking de l'aéroport, mais Céline assure que malgré sa peur, elle ne cédera pas à ceux qu'elle appelle les « salopards » : « je continuerai à vivre et à faire mes voyages »

En attendant le père et la fille ont rejoint leur famille à Bruay sur l’Escaut pour tenter de digérer un peu plus facilement ces attaques qui les ont marqués à vie