Faits divers – Justice

Attentats de Bruxelles : 7 nouvelles arrestations cette nuit en Belgique, le point sur l'enquête

Par Sarah Tuchscherer, France Bleu vendredi 25 mars 2016 à 10:51

Les enquêteurs belges à la station de métro Maelbeek
Les enquêteurs belges à la station de métro Maelbeek © Maxppp -

La police belge a arrêté sept personnes dans la nuit de jeudi à vendredi, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Bruxelles. D'après la RTBF, l'homme qui accompagnait le kamikaze du métro Maelbeek, qui avait été repéré par la vidéosurveillance, figurerait parmi elles.

La police belge poursuit ses investigations, trois jours après les attentats de Bruxelles. Dans la nuit de jeudi à vendredi, elle a procédé à sept interpellations, six ont été confirmées par les autorités. La septième est annoncée par les médias belges. Pour trois des interpellations qu'il a confirmées, le porte-parole du parquet fédéral précise que les suspects se trouvaient "devant [leur] porte", autrement dit en plein coeur de Bruxelles, où se trouvent ses bureaux. Le parquet n'a pas donné plus de détails.

Le second terroriste du métro aurait été arrêté 

D'après la RTBF, les enquêteurs auraient mis la main à Forest sur le terroriste repéré par une caméra de vidéosurveillance du métro, mardi matin. L'homme avait été filmé porté un gros sac en compagnie du kamikaze qui s'est fait sauter à la station Maelbeek, Khalid El Bakraoui. Le parquet doit communiquer sur le sujet dans la journée.

Un autre média belge, le quotidien La Dernière Heure rapporte pour sa part qu'un policier connaissait le lieu où se cachait Salah Abdeslam, le 79 de la rue des Quatre-Vents à Molenbeek et qu'il en avait informé la cellule antiterrorisme de la police judiciaire dès le mois de décembre. Son rapport serait resté sans suite.

Des investigations en France aussi

En France, une opération anti-terroriste a également été menée dans la nuit de jeudi à vendredi, à Argenteuil. L'homme arrêté dans l'opération avait été condamné, l'an passé, en Belgique, à dix ans de prison dans une affaire de filière jihadiste vers la Syrie. Abdelhamid Abaaoud, jugé dans la même affaire, avait quant à lui écopé de vingt ans de réclusion. Le procès s'était déroulé sans les deux hommes, qui n'avaient donc pas pu être incarcérés.

A LIRE AUSSI : des explosifs et des kalachnikovs découverts dans un appartement à Argenteuil