Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentats de Bruxelles : un deuxième homme en fuite

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La police a confirmé ce jeudi être à la recherche d'un deuxième homme aperçu sur des images de vidéosurveillance juste avant l'explosion du métro Maelbeek. Le gouvernement, et plus largement l'Union européenne, sont critiqués pour leur difficulté à se prémunir des attentats.

Près de la station de métro Maelbeek à Bruxelles ce mardi
Près de la station de métro Maelbeek à Bruxelles ce mardi © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'enquête progresse, 48h après les attentats qui ont fait au moins 31 morts et plus de 200 blessés mardi matin à Bruxelles. France Info et la RTBF affirment ce jeudi qu'un cinquième homme aurait participé aux attaques. Une information confirmée par la police. Il aurait été repéré sur des images de vidéosurveillance enregistrées dans le métro quelques minutes avant l'explosion à la station Maelbeek. Il y porte un gros sac et accompagne Khalid El Bakraoui, formellement identifié comme kamikaze.

Les enquêteurs ont diffusé un portrait-robot de cet individu dans la matinée.

La police est donc désormais à la recherche de deux hommes : l'inconnu du métro Maelbeek et l'homme pris en photo en compagnie de Najim Laachraoui et Brahim El Bakraoui à l'aéroport de Zaventem.

>> A LIRE AUSSI : Les deux frères El Bakroui liés aux attentats de Paris

Deux ministres présentent leur démission

En marge des cérémonies d'hommage et de l'enquête, des questions commencent à émerger dans le débat public dans le pays. Pourquoi la Belgique et plus largement l'Europe ont du mal à se protéger contre les attaques terroristes ? Le gouvernement belge est sous pression, soupçonné de ne pas en avoir fait assez pour éviter les attentats. Selon les médias belges, les ministres de l'Intérieur et de la Justice auraient ainsi présenté leur démission que le Premier ministre Charles Michel aurait refusée.

Visée en son cœur, l'UE a convoqué une réunion extraordinaire de tous les ministres chargés de la sécurité et de la justice, jeudi après-midi. Mais au-delà de la Belgique, c'est l'ensemble de l'Europe qui fait figure d'accusée. La principale charge est venue mercredi de l'ex-secrétaire d'Etat américaine et candidate à la Maison Blanche Hillary Clinton qui a vivement critiqué les pays de l'UE pour la désorganisation et les retards de leur réponse aux menaces jihadistes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess