Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Attentats de janvier 2015, le procès

Attentats : une Française revenue de Syrie affirme que son ex-mari a commandité l'attaque de l'Hyper Cacher

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que le procès des attentats de 2015 a débuté ce mercredi, une Française revenue de Syrie affirme que son ex-mari a commandité l'attaque de l'Hyper Cacher. Le parquet national antiterroriste demande de verser ces nouveaux éléments aux débats du procès en cours.

Le 9 janvier, Amedy Coulibaly avait tué quatre hommes, tous juifs, lors de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris (illustration)
Le 9 janvier, Amedy Coulibaly avait tué quatre hommes, tous juifs, lors de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/Philippe de Poulpiquet

Selon des procès-verbaux révélés par Libération, et consultés par l'Agence France Presse, une Française rentrée de Syrie en janvier dernier affirme que son premier mari est le commanditaire de l'attentat contre l'Hyper Cacher, le 8 janvier 2015. Alors que le procès des tueries qui ont fait 17 morts et semé la terreur du 7 au 9 janvier 2015 a débuté ce mercredi 2 septembre, le parquet national antiterroriste demande que ces pièces soient versées aux débats.  

"Sonia M", 31 ans, écrouée depuis le 28 janvier, raconte avoir épousé le vétéran du jihad, Abdelnasser Benyoucef, alias "Abou Moutana", à son arrivée en Syrie en octobre 2014. Connu de la justice française, il soupçonné d'être l'un des donneurs d'ordre de Sid Ahmed Ghlam, qui doit être jugé à partir du 5 octobre prochain pour l'attentat avorté de Villejuif de 2015, au cours duquel une femme, Aurélie Châtelain, avait été assassinée

"Emir des opérations extérieures"

Selon la jeune femme, celui qui fut "son premier mari" occupait au sein de l'autoproclamé état islamique la fonction d' "émir des opérations extérieures". Autrement dit, il s'occupait des "attentats à l'étranger". "Il m'a parlé de l'Hyper Cacher et de l'attentat raté car, à l'époque, c'était d'actualité concernant le projet raté", a raconté en mars dernier la jeune femme devant le juge. "Il m'a dit qu'il avait aidé à ce que cela se fasse pour ces deux attentats [...] qu'il avait trouvé la personne qui avait commis l'attentat de l'Hyper Cacher et il en vantait les mérites et disait qu'il était sincère envers Dieu", réitère la jeune femme lors d'un autre interrogatoire, en juillet dernier. 

Selon Sonia M., Abdelnasser Benyoucef aurait "voulu arrêter" et s'occuper des opérations extérieures. "Il me disait que ça le fatiguait", a-t-elle expliqué. Parti à Deir Ezzor (Syrie), près de la frontière irakienne, il serait selon elle devenu "émir d'une katiba (brigade, ndlr) de combattants", jusqu'en "mars 2016, où il est mort". Réfugiée dans le village de Baghouz avec son deuxième mari, elle s'est rendue aux forces kurdes en mars 2019, avant de rejoindre la Turquie et d'en être expulsée puis arrêtée à son retour à Paris. Elle doit maintenant être entendue comme témoin lors du procès des attentats de 2015 le 26 octobre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess