Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Nice du 14 juillet 2016

Attentats de Nice : les réactions dans la Loire et la Haute-Loire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Un camion a foncé dans la foule à Nice, sur la promenade des Anglais, ce jeudi soir en pleines festivités du 14 juillet. Au moins 84 personnes sont mortes dans cet attentat. C'est déjà l'heure des premiers hommages.

Attentat sur la Promenade des Anglais à Nice. © AFP - Valery HACHE
Attentat sur la Promenade des Anglais à Nice. © AFP - Valery HACHE © Maxppp - maxppp

Au moins 84 personnes sont mortes,  jeudi soir sur la Promenade des Anglais de Nice, fauchées par un camion. 18 personnes sont en état d'urgence absolue. Le véhicule a roulé dans la foule qui assistait au feu d'artifice sur la Promenade des Anglais. "Le caractère terroriste ne peut pas être nié" a déclaré cette nuit le Président de la République. François Hollande vient également d'annoncer la prolongation de l'État d'urgence sur le territoire, qui devait prendre fin initialement le 26 juillet.

Des questions sur la prolongation et l'application de l'état d'urgence

Au-delà de l'émotion et la colère que suscite cet attentat à Nice, de plus pendant les festivités du 14 juillet, les élus de la Loire et la Haute-Loire s'interrogent sur l'effiacité de l'état d'urgence. Le député UDI de la Loire François Rochebloine estime qu'il faut "plus de fermeté", même s'il appelle à ne "certainement pas" annuler des manifestations pendant l'été : "il ne faut pas céder à cela". Son collègue député-maire LR de Roanne, Yves Nicolin ne souhaite pas non plus qu'on en arrive là, mais il juge qu'il faut prendre plus de temps pour réfléchir à l'organisation de ces grands événements : "on a été trop laxistes sur un certain nombre de manifestations qui se sont tenues pendant l'état d'urgence". Il rappelle qu'à Roanne, pour limiter les risques, la Ville avait dû renoncer à l'installation d'une fan zone pendant l'Euro de football. L'élu roannais estime aussi qu'il fallait prendre une décision afin de mettre fin aux manifestations contre la loi travail.

La prolongation de l'état d'urgence, "nous allons la voter dès mardi à l'Assemblée", explique le député PS de la Loire Régis Juanico, qui dit avoir vécu "une nuit de cauchemar... à nouveau".

Des festivités annulées ou reportées ce soir et demain à Saint-Étienne

Ce matin, les communiqués et déclarations d'élus ligériens et altiligériens se multiplient. Le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau se dit ce matin' "complètement ahuri et abattu". Il explique avoir appris la nouvelle  en rentrant du feu d'artifice du 14 juillet du golf de Saint-Étienne. Pour lui, le gouvernement n'a d'autre choix que de prolonger l'état d'urgence. Le premier élu confie ne pas savoir ce matin s'il y a des victimes stéphanoises. Par ailleurs, suite aux événements de Nice, la Ville de Saint-Étienne décide de reporter à la rentrée le feu d'artifice prévu samedi 16 juillet à Saint-Victor-sur-Loire. Les P'tites Guinguettes, qui étaient programmées ce soir et demain soir aux Forces motrices, sont annulées.

Par communiqué, Bernard Bonne, le président du conseil départemental de la Loire, tient "à exprimer toute (sa) solidarité et (sa) compassion aux victimes et à leurs familles". "Je reste convaincu que nous devons poursuivre activement notre combat contre ces ennemis et anéantir ces fanatiques", ajoute-t-il. "On ne peut plus être tranquille nulle part", regrette le président du département, qui estime qu'il faut déradicaliser "partout où on peut".

Le président départemental de l'UDI dans la Loire, et premier adjoint au maire, Gilles Artigues, explique ce vendredi matin dans un communiqué avoir appris la nouvelle, après le feu d'artifice du 14 juillet au golf de Saint-Étienne, "prenant tout de suite la mesure de l'horreur", indique l'élu. Gilles Artigues ajoute "attendre du gouvernement des actes à la hauteur de la situation. La poursuite de l'état d'urgence (auquel le Président de la République voulait mettre fin le 26 juillet), ne suffira pas", selon lui.

"Toute l'Europe est concernée, or il y a un manque de coordination des renseignements au niveau européen", dénonce la députée européenne Les Républicains Françoise Grossetête. Elle lance cet appel aux autres pays : "tous nos partenaires doivent comprendre ce que nous vivons et il doit y avoir une solidarité avec la France". Solidarité avec le gouvernement pour le député Les Républicains de la Loire Dino Cinieri, pour qui "il faut prendre toutes les initiatives pour lutter contre des attaques en France". Le parlementaire entend par là qu'il juge logique la prolongation de l'état d'urgence. "De toute manière je suis pour l'état d'urgence", précise Dino Cinieri.

Actuellement en déplacement à Istanbul pour la session du comité du patrimoine mondial de l'Unesco, le maire de Firminy Marc Petit raconte avoir assisté à une "émouvante minute de silence" pour les victimes de l'attentat de Nice. Firminy, qui accueillera à l'automne son grand corse, pour lequel "plus de 80 000 personnes sont attendues", rappelle le maire, qui attend que "le maximum de mesures soient prises" autour de cet événement pour garantir la sécurité. La sénatrice PCF de la Loire Cécile Cukierman relance un appel à vigilance vis-à-vis des uns des autres, et regrette qu'il faille "apprendre à vivre avec, puisque le risque zéro n'existe pas". Même sentiment pour son collègue sénateur socialiste Maurice Vincent: "dès lors que des terroristes sont prêts à se faire sauter, il n'y a pas de protection à 100% possible'".

Premières réactions dans la nuit sur les réseaux sociaux

Dans la Loire et la Haute-Loire, les premières réactions politiques sont tombées dans la nuit sur Twitter. Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a été parmi les premiers à réagir sur les réseaux sociaux :

Françoise Grossetête, député européenne de la Loire :

Robert Karulak, vice-président de Saint-Étienne Métropole :

Maurice Vincent, sénateur de la Loire :

Nadia Semache, conseillère municipale socialiste à Saint-Étienne :

LA VILLE DE SAINT-ÉTIENNE :

Certains sportifs et clubs sportifs locaux ont aussi réagi à l'attaque de Nice, comme l'AS Saint-Étienne :

Le coureur cycliste originaire de Haute-Loire, Romain Bardet :

Alexis Ajinça, basketteur et natif de Saint-Étienne :

Patrick Guillou, ancien footballeur de l'ASSE :

À LIRE ÉGALEMENT :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess