Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentats de Paris : de nouveaux éléments de l'enquête révélés

lundi 28 décembre 2015 à 11:54 Par Julien Baldacchino, France Bleu Paris et France Bleu

Un mois et demi après les attentats qui ont fait quelque 130 morts le 13 novembre dernier à Paris, Le Figaro révèle que les kamikazes du Stade de France ont tenté à plusieurs reprises d'entrer dans l'enceinte du stade. Le Parisien dévoile également les e-mails de l'épouse d'un des terroristes.

Quelque 850 policiers sont mobilisés dans l'enquête sur les attentats de Paris
Quelque 850 policiers sont mobilisés dans l'enquête sur les attentats de Paris © Maxppp

Au moins cinq tentatives pour pénétrer dans l'enceinte du Stade de France : c'est ce qui émane du dernier rapport en date de la sous-direction antiterroriste, de la brigade criminelle de Paris et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dévoilé ce lundi par le quotidien Le Figaro. Le rapport fait état d'une première tentative d'intrusion par trois individus qui s'étaient insinués dans la file d'attente, entre 20h30 et 20h45, avant d'être refoulés par les stadiers de la porte N du stade.

L'un d'entre eux, celui qui portait un passeport au nom d'Ahmad al-Mohammad, s'est fait exploser à 21h17. Un autre a tenté, entre 21h05 et 21h25, à quatre reprises, de forcer l'une des entrées, sans succès, raconte l'un des vigiles. Il s'agirait de celui qui s'est fait exploser à 21h53 devant un restaurant McDonalds. Le dernier des trois hommes du Stade de France serait bien Salah Abdeslam, qui a ensuite conduit la voiture impliquée dans les fusillades du Xe et du XIe arrondissements. 

400 tirs de kalachnikov en pleine rue

Le rapport révélé par Le Figaro révèle également que plus de 400 coups de feux ont été tirés dans les fusillades des Xe et XIe arrondissements, dont 116 devant les terrasses du Petit Cambodge et du Carillon, et 250 près du Café Bonne Bière et de la Belle Equipe. Enfin, les enquêteurs affirment aussi que les kamikazes du Bataclan avaient sciemment choisi d'attaquer le groupe Eagles of Death Metal, un groupe américain. Un témoignage de la tuerie à l'intérieur de la salle relate ce qu'a dit l'un des terroristes :

"Il est où le chanteur ? Ils sont où les Ricains ? C'est groupe américain, avec les Américains, vous bombardez, donc on s'en prend aux Américains et à vous".

Le quotidien donne également des informations sur l'autdition de Jawad Bendaoud, l'homme qui a logé deux hommes et une femmes soupçonnés d'être impliqués, à Saint-Denis, là où l'assaut a été mené le 18 novembre. L'homme aurait hébergé à plusieurs reprises des "frères de Belgique". Durant sa garde à vue, "il ira, au dire de certains, jusqu'à briser l'ordinateur de ceux qui l'interrogeaient, comme pris au piège de sa dissimulation", selon le journal.

"Je suis fière de mon mari", écrit l'épouse d'un terroriste

Ce lundi matin, Le Parisien révèle également de nouveaux éléments sur les attentats : le journal s'est procuré les e-mails envoyés par l'épouse de l'un des terroristes, Samy Amimour, découverts par les enquêteurs. Dans ces messages adressés à l'une de ses connaissances, Kahina, 18 ans, partie en Syrie en 2014, déclare :

"Je suis tellement fière de mon mari et de vanter son mérite, ah là là, je suis si heureuse (...). 

Quelques jours avant les attentats, la jeune femme mettait déjà en garde contre une riposte après les bombardements en Syrie : "Pour le moment ils envoient leurs avions, et vous en France et ailleurs vivez bien, et les gens ici meurent, c'est injuste. Bientôt, inch Allah, la France et toute la coalition vont savoir c'est quoi la guerre chez elle", ont lu les enquêteurs dans un message. 

Le 16 novembre, trois jours après les attentats, elle écrit, toujours à la même personne, que l'un des auteurs des attentats est son époux : "J'étais au courant depuis le début, et j'ai encouragé mon mari à partir pour terroriser le peuple français qui a tant de sang sur les mains".

"Tu nous tues, je te tue, tu nous combats, je te combats. [...] Tant que vous continuerez à offenser l'islam et les musulmans vous serez des cibles potentielles, et pas seulement les flics et les juifs mais tout le monde".