Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentats de Paris : un second terroriste en fuite, appel à témoins pour identifier l'un des kamikazes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Un second suspect était recherché par les services de police mardi soir après les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris. Un nouvel appel à témoins a également été lancé pour identifier l'un des kamikazes décédés aux abords du Stade de France.

La police a lancé un nouvel appel à témoins contre un autre terroriste présumé
La police a lancé un nouvel appel à témoins contre un autre terroriste présumé

L'essentiel à retenir après les attentats du 13 novembre

> Un second terroriste en cavale. Une vidéo accrédite l'existence d'un troisième membre du commando des terrasses parisiennes selon des sources concordantes citées par l'AFP. Il serait donc également en fuite tout comme Salah Abdeslam qui est toujours recherché ou bien alors il s'agirait d'un des deux complices présumés écroués en Belgique. Le troisième homme de cette équipe s'est fait exploser boulevard Voltaire à Paris.

> La police diffuse un nouvel appel à témoins.  Il s'agit de l'un des trois kamikazes décédés vendredi soir au Stade de France. L'homme contrôlé en octobre en Grèce et à côté duquel a été retrouvé un passeport syrien dont l'identité correspond à celle d'un soldat de Bachar al-Assad tué il y a plusieurs mois. Son identité réelle reste donc à vérifier. Les personnes ayant des informations le concernant sont invitées à appeler le 197.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Nouvelles frappes françaises en Syrie. L'armée française a mené mardi soir de nouvelles frappes contre la ville de Rakka, fief de l'Etat islamique en Syrie, le troisième raid français depuis les attentats revendiqués par l'EI.

> Cinq des sept kamikazes des attentats de Paris ont été identifiés, ce mardi matin : il s'agit de quatre Français morts dans les attaques, dont deux des assaillants du Bataclan, l'un des kamikazes du Stade de France et l'homme qui s'est fait exploser boulevard Voltaire ; et d'un dernier, toujours en fuite, Salah Abdeslam.

Mais quid du Syrien, dont le passeport a été retrouvé près de son corps démembré après qu'il s'est fait exploser aux abords du Stade de France ? Son passeport n'a pas été authentifié : si celui-ci a bel et bien servi à cet individu à s'enregistrer en Grèce puis en Serbie en tant que migrant, rien ne prouve que le passeport correspond bien à l'identité de son porteur. Selon une source proche de l'enquête ce mardi, le passeport, au nom d'Ahmad al Mohammad, né le 10 septembre 1990 à Idleb, serait celui d'un soldat de l'armée de Bachar el-Assad, tué il y a plusieurs mois

>> POUR EN SAVOIR PLUS : Notre page spéciale consacrée aux attentats de Paris

Un nouveau Français pourrait également être impliqué dans l'affaire : selon une source proche du dossier, les autorités ont réussi à identifier ce mardi la voix de la bande sonore de revendication des attaques par Daech. Et il s'agit "très probablement" de celle de Fabien Clain, 36 ans, un Toulousain cofondateur de "la cellule d'Artigat", un groupuscule salafiste, notamment proche de Mohamed Merah. Condamné à cinq ans de prison en 2009 pour avoir mené une filière de djihadistes via l'Irak, il est ensuite parti rejoindre l'Etat Islamique.

>> A LIRE AUSSILe Toulousain Fabien Clain a enregistré la revendication de Daesh des attentats de Paris

Une nouvelle voiture retrouvée

Ce mardi, une autre voiture a été retrouvée à Paris par les enquêteurs, selon des sources policières. Elle aurait pu servir à la préparation des attentats. "Une Clio noire, retrouvée place Albert Kahn dans le 18e arrondissement de Paris, pourrait avoir servi à la préparation des attentats (...). Elle a été aperçue sur 'l'autoroute A1, dans le cadre de ce qui pourrait être des liaisons préparatoires entre Paris et la Belgique", selon l'une des sources. 

Après les premières investigations de la police, il apparaît que cette voiture, comme les deux précédentes impliquées dans l'enquête, a bien été louée par Salah Abdeslam. 

Arrestations en Belgique et en Allemagne

L'enquête se poursuit également côté belge : lundi, deux suspects ont été inculpés à Bruxelles pour "attentat terroriste". Il s'agit des deux personnes qui ont traversé la frontière à bord d'une voiture samedi matin en compagnie de Salah Abdeslam, le dernier suspect recherché, suspecté d'avoir fait partie du commando qui a criblé de balles les terrasses des 10e et 11e arrondissements avec son frère, qui s'est ensuite fait exploser devant le Comptoir Voltaire. C'est aussi lui qui a été enregistré comme locataire de la Polo noire retrouvée devant le Bataclan après l'attentat.

Sept autres personnes ont été arrêtées mardi par la police allemande, tout près de la frontière entre l'Allemagne et la Belgique, à Aix-la-Chapelle, selon la chaîne allemande ARD, dont au moins deux femmes. Selon le ministre allemand de l'Intérieur, elles ne sont pas directement liées aux attentats. La police a indiqué que ces arrestations avaient été faites "en vue de vérifications"

Une nouvelle photo du suspect Salah Abdeslam

Salah Abdeslam est toujours traqué par les enquêteurs et visé par un mandat d'arrêt international. Lundi, une vaste opération de police dans le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, a été menée pour le retrouver, mais en vain. Ce mardi matin, un nouveau portrait du principal suspect a été diffusé

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Selon les informations du Point, l'homme a réservé deux chambres à son nom dans un hôtel d'Alfortville, dans le Val-de-Marne, deux jours avant l'attentat. Les enquêteurs de la brigade criminelle ont perquisitionné samedi soir ces deux chambres, et ont pu y trouver des seringues, des aiguilles et des fils d'intubation. La police doit déterminer si ce matériel a servi à la confection de matériel explosif ou si les terroristes étaient drogués. Un autre appartement, cette fois à Bobigny, a lui aussi été perquisitionné, soupçonné d'avoir pu servir de planque. 

En revanche, les enquêteurs s'interrogent toujours sur la possibilité de la présence d'un deuxième fuyard : trois kalachnikovs ont été retrouvées dans la voiture qui a servi aux attaques des terrasses de bar, une Seat noire qui a été retrouvée le surlendemain des attentats à Montreuil. 

Dans le même temps, l'enquête permet de mieux comprendre les circonstances du drame. Grâce aux différents témoignages, le déroulé de l'attaque du Bataclan vendredi soir se reconstitue petit à petit. 

En outre, Bernard Cazeneuve a annoncé ce mardi matin que 128 nouvelles perquisitions administratives avaient été menées dans la nuit de lundi à mardi. Mais même si celles-ci ont pu être conduites grâce à la mise en place de l'état d'urgence, elles ne sont pas en lien direct avec l'enquête sur les attentats de vendredi. 

EN DIRECT - L'évolution de l'enquête avec nos confrères de France Info

Choix de la station

À venir dansDanssecondess