Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentats du 13 novembre, vos é[mot]ions

Attentats du 13 novembre 2015 : une fausse victime des terrasses jugée pour escroquerie à Paris

jeudi 19 juillet 2018 à 7:14 Par Frédéric Chapuis, France Bleu Paris et France Bleu

Elle s'appelle Alexandra, est âgée de 32 ans. Cette Parisienne est jugée dans la capitale ce jeudi après-midi pour escroquerie. Elle rêvait d'être la porte-parole des victimes des attentats du 13 novembre en faisant croire qu'elle avait été touchée par balles sur la terrasse du Carillon.

Une Parisienne de 32 ans jugée pour avoir escroqué 20.000 euros au fond de garantie des victimes de terrorisme.
Une Parisienne de 32 ans jugée pour avoir escroqué 20.000 euros au fond de garantie des victimes de terrorisme. © Maxppp - © Maxppp

C'est une nouvelle fausse victime des attentats du 13 novembre 2015 qui est jugée ce jeudi après-midi. Alexandra D, une Parisienne de 32 ans, doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris à partir de 13 h 30. 

Une escroquerie à 20.000 euros

La justice lui reproche d'avoir escroqué 20.000 euros au fond de garantie des victimes de terrorisme. Après les attentats à Paris et Saint-Denis, la faussaire s'était largement répandue dans la presse pour raconter une histoire inventée. A la télé, sur internet ou dans les journaux, Alexandra D. apparaît avec sa couronne de fleurs sur la tête. 

A l'époque l'aigrefin présumé rêvait d'être la porte-parole des victimes des terrasses du 13 novembre. Quelques jours après les attentats elle raconte avoir été au Carillon. L'un des premiers bars visés par les terroristes. Elle dit avoir perdu deux amis et reçu des balles de kalachnikov dans le coude. 

Pas les mêmes versions dans les médias en France et à l'étranger

Le souci c'est qu'Alexandra ne donne pas la même version à tout le monde. A des médias étrangers, elle raconte ne pas avoir été présente au Carillon. Sur les images elle n'a d'ailleurs aucune trace de blessure. Ces reportages ont mis la puce à l'oreille de l'association de victimes Life for Paris. 

Conduisant à l'ouverture d'une enquête et la garde à vue d'Alexandra D. Lors de sa première comparution devant les juges le 27 juin dernier, la trentenaire avait demandé un délai pour préparer sa défense.

15 fausses victimes déjà jugées

Depuis les attentats, 15 fausses victimes ont déja été condamnées par la justice. La dernière fausse victime a écopé de 4 ans et demi de prison ferme. Elle disait être présente au Bataclan le soir des attaques.