Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentats à Paris : comment en parler aux enfants ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Les images et les vidéos des attentats tournent en boucle sur internet et à la télévision. Elles sont facilement accessibles aux enfants et aux adolescents qui en parleront aussi à l'école et avec leurs copains. Quel rôle doivent jouer les parents?

Comment expliquer les attentats aux enfants?
Comment expliquer les attentats aux enfants? © Maxppp

Les adultes et les enfants ne réagissent pas de la même façon face aux attentats à Paris. Les images et les vidéos des attaques tournent en boucle sur internet et à la télévision. En une des journaux, il y a des photos de rassemblements partout en France,  de bougies allumées en hommage aux victimes mais aussi des impacts de balles et des corps recouverts d'un drap.  Les attentats ont fait 129 morts, 352 blessés dont 99 dans un état d'urgence absolue, selon le dernier bilan provisoire.

Ces images beaucoup d'enfants et d'adolescents les ont vu avec ou sans leurs parents. Trois jours après les attentats, comment en parler avec eux?  Dans la plupart des école, une minute de silence sera observée ce lundi à midi et le pays est en deuil national jusqu'à mardi. Une situation exceptionnelle et difficile à comprendre. 

Malika a du mal à trouver les mots avec sa fille Maelys, 13 ans :

" Elle arrivait pas à comprendre qu'on puisse parler de ces attentats toute la journée, ça a été incroyable et j'avais beau lui expliquer : Maelys est ce que tu as réalisé réellement ce qui s'était passé, elle a pas réalisé. Elle se sent pas réellement touchée, elle sait qu'il y a eu des morts mais pas plus que ca franchement à 13 ans."

Des parents Stéphanois ont du mal à trouver les mots après les attentats

"Parlons avec nos enfants, petits ou ados"

Chantal Prevost est psychologue à Saint-Étienne spécialiste des enfants et des adolescents. Elle intervient en tant qu'experte sur FBSEL. Pour elle ce n'est pas possible de faire comme si rien ne s'était passé avec les enfants. Selon elle, les parents doivent parler avec leurs enfants des attentats quelque soit leurs âges:

" Parler simplement en disant moi à mon âge, j'ai un peu la sagesse de maîtriser mes angoisses et nous ont est les meilleurs remparts pour vous. L'enfant se fiche complètement de ce qui se passe à l'extérieur. Ce qui lui est important c'est son papa, sa maman, ses proches. Donc il faut lui dire : n'ait pas peur, nous on est là. Ces prochains jours tu vas être confronté à des images à la télé, tu vas en entendre parler à la télé dans les journaux, par des enfants à l'école. Nous on veut te préserver de tout ça et ça ne va pas changer le quotidien, on va se retrouver tous les jours à la maison, on va éviter la surexposition des écrans, des images, c'est pas la peine. Parlons avec nos enfants, petits ou ados. Il faut qu'il y ait un lieu de parole. Il faut que ces images, tout ce qui s'est passé ne soit pas trop intrusif chez nous. Essayons de garder une attitude de neutralité. Avec ce que l'on a vécu c'est très difficile mais on est quand même capable, nous adulte de renoncer à nos angoisses afin de préserver ses enfants."

Chantal Prevost, psychologue spécialiste des enfants et des adolescents

Choix de la station

À venir dansDanssecondess