Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attention arnaque : des escrocs proposent des investissements bidons dans des vaches laitières

Des escrocs proposent d'investir dans des vaches laitières sur internet. Il s'agit d'une arnaque qui a fait plusieurs dizaines de victimes depuis le début d'année.

Le site en apparence très sérieux est tenu par des escrocs.
Le site en apparence très sérieux est tenu par des escrocs. - Capture d'écran

Une ravissante montbéliarde en page d'accueil, un rendement garanti alléchant sans paraître trop suspect. Voilà la recette gagnante d'un des sites internet frauduleux qui propose à des particuliers de s'enrichir en investissant dans les vaches laitières. Le site appelé cheptelepargne.com propose par exemple un rendement de 6%.  

Dernière les promesses de ce site, il n'y a pourtant rien de concret. Une arnaque qui aurait touché des dizaines de personnes depuis le début de l'année 2019.

Une communication bien rodée

"CHEPTEL EPARGNE permet à chacun d’investir directement dans un collectif d'aide aux agriculteurs pour l'élevage de leurs vaches", peut-on lire sur le site des escrocs qui "jouent sur la corde sensible des Français, qui sont attachés à leurs agriculteurs", pour Philippe Maitre, le directeur de Montbéliarde association.

"Les personnes qui se font avoir ont non seulement l'impression d'aider et pensent faire une bonne affaire", poursuit M. Maitre. 

Pourtant, même honnête, ce type d'investissement est très rare. Il y a très peu d'éleveurs qui acceptent que des capitaux étrangers possèdent une partie de leur cheptel. "Dans la tradition française, l'exploitant est le seul propriétaire de son affaire, ce genre d'offres est donc extrêmement rare", assure Philippe Maitre.