Faits divers – Justice

Au coeur du laboratoire des "experts" de la gendarmerie de Bordeaux

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde mercredi 23 septembre 2015 à 7:00

Ils sont à la fois gendarmes et scientifiques
Ils sont à la fois gendarmes et scientifiques © Radio France - Stéphane Hiscock

Le nouveau plateau technique de la cellule d'identification criminelle de Bordeaux est inauguré ce jeudi. Il permet aux "experts" de la gendarmerie de traiter une centaine d'affaires par an. Le labo qui vient d'obtenir une accréditation internationale a ouvert ses portes à France Bleu.

C'est un lieu d'habitude tenu au secret mais pour une fois la gendarmerie de la Gironde a invité quelques journalistes à pousser les portes de son laboratoire. Il s'agit du plateau technique de la cellule d'identification criminelle des gendarmes. Le laboratoire sera inauguré ce jeudi dans les locaux de leur caserne, rue Judaïque à Bordeaux. 

C'est une occasion unique de rencontrer les "experts scientifiques" de la gendarmerie et de voir comment ils mènent leurs enquêtes. Entre la collecte d'empreintes et de traces ADN sur le terrain et l'analyse en laboratoire, ces fins limiers passent des heures à démasquer les suspects.

Reportage au coeur du laboratoire

Tous les éléments retrouvés sur une scène de crime peuvent nous être utiles. Nous utilisons absolument toutes les sciences.

— Le major Frédéric Rateau, chef de la cellule d'identification criminelle

Recherche d'empreintes - Radio France
Recherche d'empreintes © Radio France - Stéphane Hiscock

Le laboratoire des experts de Bordeaux a reçu cet été un agrément international ce qui lui permet de faire autorité devant les tribunaux du monde entier ... preuve du savoir faire des gendarmes girondins.

Le major Frédéric Rateau, chef de la cellule d'identification criminelle - Radio France
Le major Frédéric Rateau, chef de la cellule d'identification criminelle © Radio France - Stéphane Hiscock

Le laboratoire des gendarmes traite environ 300 affaires par an parmi lesquelles des homicides  mais aussi de nombreux cambriolages. Seules les analyses biologiques (ADN) sont effectuées ailleurs.