Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au Mans, encore beaucoup de questions sur le prélèvement à la source

lundi 7 janvier 2019 à 6:29 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

Si la réforme semble bien acceptée par les contribuables sarthois, il reste en revanche encore de nombreuses zones d'ombre sur le prélèvement à la source.

La file d'attente continue dans la rue devant le centre des finances publiques du Mans
La file d'attente continue dans la rue devant le centre des finances publiques du Mans © Radio France - Jérôme Collin

Le Mans, France

Devant le centre des finances publiques du Mans, la file d'attente est longue. Il faut compter plusieurs dizaines de minutes avant d'être reçu par un conseiller. Les effectifs ont pourtant été renforcés. Mais c'est bien la preuve que le prélèvement à la source suscite encore des interrogations, et parfois quelques inquiétudes

Un défaut d'informations

Dominique, par exemple, ne comprend pas pourquoi il va être prélevé alors que jusque là, il ne payait pas d'impôts. "Mon employeur m'a dit qu'il prélèverait 149 euros par mois. C'est énorme ", déplore le jeune homme qui n'a fait aucune déclaration sur ses impôts 2017.

Ce qui marque, c'est la confusion autour des informations qui circulent. "On a été mal informé via Internet", confirme Philippe, venu pour la situation de sa mère à la retraite. "On nous a dit qu'il y avait beaucoup de fake news. Mais ça, quand on ne le sait pas, on ne le sait pas. On s'en rend compte seulement quand on fait la queue aux impôts", regrette-t-il.

Le manque d'informations est flagrant, par rapport aux sommes, à comment faire les papiers. Ça a un peu merdé là."

Les Sarthois globalement favorables à la réforme

Le gouvernement craignait un choc psychologique lors du versement du premier salaire et de la première fiche de paie avec un salaire forcément moins élevé que d'habitude. Mais les Sarthois semblent déjà habitués, grâce notamment à la préfiguration. En novembre ou décembre, ils ont reçu des simulations de bulletin de salaire avec prélèvement à la source. 

"Clairement, quand vous faîtes votre budget, _les sous qui tombent à la fin du mois, vous pourrez vraiment les dépenser_. Avant, je laissais et mettais de côté un douzième de mon salaire pour ensuite payer mes impôts", explique Didier. 

58 % des contribuables français étaient mensualisés. Ils étaient donc prélevés chaque mois. "Du coup, ça ne changera rien. C'est même mieux, puisque _le prélèvement se fera sur 12 mois au lieu de 10 actuellement. C'est plus étalé, ce sera moins douloureux_", souligne Annie.