Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au Mans, les policiers municipaux bientôt équipés de tasers et de caméras-piétons

-
Par , France Bleu Maine

Les policiers eux-même réclamaient ces équipements, d'autant qu'à partir de cet été, il patrouillent jusqu'à 23h en fin de semaine. Ces changements majeurs ne constituent pas "une rupture", se défend l'adjoint au maire chargé de la sécurité qui espère surtout un effet dissuasif.

Le Mans compte, à ce jour, 27 policiers municipaux
Le Mans compte, à ce jour, 27 policiers municipaux © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

Inimaginable il y a encore quelques années! A partir l'automne 2019, les policiers municipaux du Mans disposeront de pistolets à impulsion électrique. Pour mesurer le chemin parcouru, il faut se souvenir que pendant la campagne des élections municipales en 2014, Jean-Claude Boulard, le maire du Mans, candidat à sa succession ne voulait même pas entendre parler de la création d'une police pour la Ville ! Mesure proposée, par l'opposition de droite dans son programme. Depuis, par petites touches, sous l'impulsion de l'adjoint à la sécurité qui a réussi à convaincre le maire de l'époque, le Mans a transformé ses "agents de la tranquillité publique" en véritable policiers. Au nombre de 13 au départ (septembre 2016), il sont aujourd'hui 27. Prochainement 30.   

Un objectif : la dissuasion  

L'arrivée des tasers "n'est ni une rupture ni un changement radical", se défend Christophe Counil, l'élu en charge du dossier. "Il faut donner à nos agents les moyens de pouvoir se défendre face à des personnes qui, parfois, peuvent être hostiles. L'idée est qu'il n'aient pas à se servir de ces pistolets à impulsion électrique", argumente l'adjoint au maire du Mans chargé de la sécurité. "C'est la raison pour laquelle, dans le même temps, nous équipons les policiers de caméras-piétons. Une petite lumière rouge s'allume. La personne qui est en face sait qu'elle est filmée. Ce procédé permet de faire baisser la tension".   

Une arme non létale  

Christophe Counil précise que les agents eux-mêmes réclamaient ces tasers. "Il n'y en aura pas un par agent mais un par équipage. Deux policiers iront ainsi au contact des personnes. Le troisième restera en retrait. C'est lui qui, éventuellement, dégainera ce pistolet à impulsion électrique". Les tasers sont "des armes de catégorie B, tout comme les bombes lacrymogènes sont équipés les policiers", indique également Christophe Counil qui n'envisage pas de passer, à terme, à un équipement supplémentaire : "les policiers n'auront pas d'arme létale, c'est un choix clairement assumé par la municipalité!".  

Des patrouilles jusqu'à 23h en fin de semaine 

Alors pourquoi cette évolution en quatre ans? L'adjoint au maire délégué à la sécurité avance deux raisons. "Les difficultés auxquelles doivent faire face les agents sont beaucoup plus importantes qu'à une époque. Aujourd'hui, certaines personnes ont perdu le respect de l'uniforme. Les policiers ont besoin, sur certaines interventions, de pouvoir se défendre". La seconde raison : "nous demandons à nos agents de finir beaucoup plus tard : à 23 heures, désormais, le jeudi, le vendredi et le samedi. C'est à dire à des moments parfois plus difficiles de la journée. On doit donc s'adapter", plaide Christophe Counil. Ces horaires élargis permettront aussi de ne pas revivre les tensions de l'été 2018 en centre-ville du Mans et dans certains quartiers. "Nous en avons tiré les conclusions", explique l'élu. "Les policiers ont besoin d'aller au contact des personnes qui, par exemple, font trop de bruit. L'idée n'est pas d'empêcher les gens d'être dans l'espace public mais bien qu'ils soient là où ça ne gêne pas". 

ARCHIVE : Les autorités répondent aux commerçants du centre-ville du Mans :  « la délinquance a baissé de 60% »

Plusieurs commerçants du centre-ville s'en étaient plaints dans une lettre ouverte. Le maire du Mans et le préfet leur avaient vivement répondus. Davantage d'attroupements oui, mais pas de hausse de la délinquance, avaient-ils expliqué, invitant à bien distinguer "le ressenti et le réel".