Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au moins 10 étudiants de l'ICES impliqués dans l'action homophobe à La Roche-sur-Yon

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Au moins dix étudiants de l'Ices ont été formellement identifiés comme faisant partie du groupe qui a mené l'action sur le stand du centre LGBT de Vendée samedi 18 mai. Le président de l'institut catholique annonce des sanctions "exemplaires".

L'entrée de l'Institut catholique d'études supérieures, à La Roche-sur-Yon le 20 mai.
L'entrée de l'Institut catholique d'études supérieures, à La Roche-sur-Yon le 20 mai. © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

Au moins 10 étudiants de l'Institut catholique d'études supérieure (Ices) ont été reconnus formellement par la direction de l'établissement sur des photos que leur ont présenté les enquêteurs dans l'enquête sur l'action homophobe de samedi dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon. Une quinzaine de jeunes ont violemment "bousculé" le stand du centre LGBT de Vendée contre l'homophobie sur la place Napoléon en chantant "homo-folie, ça suffit". L'association a porté plainte ce lundi.

Il y a de fait dans cet établissement une poignée de militants engagés à droite ou très à droite, qui pèse sur l'établissement et des étudiants s'en plaignent. Nous sommes empoisonnés par une minorité"
- Eric de Labarre

Sur ce groupe, douze étudiants de l'établissement ont été reconnus, mais deux d'entre eux "n'ont pas encore été formellement identifiés", explique le président de l'Ices Eric de Labarre ce lundi. Selon lui, il s'agit "d'étudiants de première à troisième année de licence, âgés donc entre 18 et 20 ans, de toutes les disciplines". Trois sont en droit, un en sciences politiques, un autre en mathématiques notamment. 

"Petit groupe radicalisé"

"Que des jeunes engagés à la droite de l'échiquier politique français puissent s'exprimer, en contradiction avec d'autres, ça ne me gêne pas du tout. Par contre, toute activité violente est inacceptable", assure le président, qui parle de "bêtise", "d'ignorance" mais aussi "d'idéologie traduite en activisme politique". Il explique que les étudiants concernés seront convoqués en conseil de discipline mardi 28 mai. "Il n'y aura pas de sanction collective", mais chaque étudiant risque l'exclusion définitive de l'établissement. 

Leurs débordements ont été exemplaires, donc les sanctions seront exemplaires" - Eric de Labarre

Selon la direction, ce "petit groupe de personnes radicalisées, très politisées pourrit la vie de leurs confrères étudiants" qui ne se reconnaissent pas dans leur action. La direction elle-même affirme qu'elle "travaille depuis plusieurs années pour faire en sorte que cet établissement soit un établissement ouvert et qu'on ne lui colle pas une étiquette qu'on lui a collé dans le passé et qui n'a pas lieu d'être"

"Ils ont été surpris que ça prenne une telle ampleur"

Certains des étudiants mis en cause sont venus dans l'établissement lundi matin, en cette période de partiels pour les licences. Aucun ne s'est adressé à la direction, sauf un, "qui m'a envoyé un mail d'excuses", déclare Eric de Labarre. Du côté des autres étudiants, les réactions sont nuancées. La condamnation de leurs camarades revient le plus souvent : "J'ai honte que l'Ices soit associée à cet acte", dit par exemple Lola. 

C'est une action de rue, elle vaut ce qu'elle vaut, et elle a eu des répercussions dommageables. Mais non, l'action en elle-même je ne la condamne pas vraiment"
- Erwann, étudiant

"Ce qui m'inquiète c'est qu'on pense que tout l'Ices est comme ça et qu'on nous fasse des procès d'intention sur nos candidatures en master parce que quelques guignols ont été faire n'importe quoi sur la place Napoléon", réagit une autre étudiante. Le Bureau des élèves a condamné les "actes commis ce samedi qui ne sont pas représentatifs de la quasi-totalité des étudiants".

Mais d'autres ne comprennent pas la sévérité de la direction. "C'est une action de rue", dit Erwann, étudiant en cinquième année. "C'est une attaque contre une idée, pas contre des gens", affirme-t-il au micro de France Bleu Loire Océan : "J'avoue que je ne connais pas bien, et j'ai regardé un peu ce pour quoi on peut être poursuivi pour homophobie. Mais pour moi, c'est plus quand il y a coups et blessures"

Le maire appelle à un rassemblement contre l'homophobie

Selon un autre étudiant, la dizaine de jeune de l'Ices impliqués dans l'action homophobe n'imaginaient même pas qu'ils seraient sanctionnés par la direction : "Ce qui est sûr c'est qu'ils ne s'attendaient pas à des réactions d'une telle ampleur. Je pense qu'ils ont compris ce qu'ils risquent et que ça les a calmés"

Luc Bouard, le maire de La Roche-sur-Yon, a appelé lundi soir à un rassemblement de tous les Yonnais "afin de dénoncer les actes homophobes et plus largement toutes les discriminations", vendredi à 19 heures place Napoléon. Une idée déjà lancée par Martine Chantecaille, conseillère municipale socialiste, et relayée notamment par un professeur de l'Ices.