Faits divers – Justice

Au moins 75.000 euros de bénéfices en vendant plus de 50.000 bouteilles de faux vin d'appellation Vouvray

Par Boris Compain, France Bleu Touraine et France Bleu jeudi 29 septembre 2016 à 16:00

Bouteilles de vin sans étiquette (image d'illustration)
Bouteilles de vin sans étiquette (image d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Un homme a vendu pendant plus de 3 ans des milliers de bouteilles d'un vin médiocre en faisant passer ça pour du vin d'appellation Vouvray. Les gendarmes de Bourgueil ont mis fin à cette escroquerie qui s'étendait sur l'Indre-et-Loire et le Maine-et-Loire.

Il avait fait plusieurs dizaines de milliers d'euros de bénéfices en revendant environ 50 000 bouteilles de faux vin d'appellation Vouvray, en Touraine et dans le Maine-et-Loire : Un homme qui a vendu pendant des années du pétillant médiocre en le faisant passer pour du Vouvray a été interpellé il y a quelques jours par la brigade de gendarmerie de Bourgueil.

Une escroquerie d'une ampleur presque industrielle

De 2013 à 2016, l'homme va régulièrement dans le même hypermarché, dans le Bourgueillois. Il achète le vin pétillant le plus bas de gamme, un breuvage vraiment quelconque, à 1 euro la bouteille. Une fois chez lui, il enlève l'étiquette, et voilà la bouteille de bibine miraculeusement transformée. Il la propose alors à ses connaissances, en leur présentant comme du pétillant de l'appellation Vouvray.

S'il n'y a pas d'étiquette, il affirme c'est parce que ses bouteilles proviennent d'un surplus, qu'un producteur qu'il connait n'aurait pas le droit de vendre officiellement. D'ailleurs, c'est pour ça qu'il les propose à prix cassé, environ 3 euros la bouteille. L'affaire est tellement bonne qu'elle anesthésie sans doute le palais des acheteurs, puisqu'ils qui ne se rendent compte de rien.

L'escroc sera probablement poursuivi aussi par le FISC et l'URSAFF

Au total, l'homme a acheté et revendu environ 50 000 bouteilles, avec un bénéfice d'au moins 75 000 euros. Il est poursuivi pour travail dissimulé, et comparaitra bientôt au tribunal. Le fisc et l'URSSAFF vont sans doute aussi lui demander des comptes.

Partager sur :